Arcadi

présentation

Conseil d’administration du 26 février 2016

Disc
ours de Delphine Bürkli
Présidente d’Arcadi Île-de-France/Conseillère régionale.

Madame la Directrice régionale des affaires culturelles,
Madame la Présidente de la Commission culture,
Mesdames, Messieurs les élus,
Mesdames, Messieurs les administrateurs,

Merci d’avoir bien voulu m’accorder votre confiance en m’élisant à la présidence de ce bel établissement culturel. J’entends mener cette mission, en lien avec vous, avec sérieux, professionnalisme et pragmatisme.

C’est une nouvelle étape qui s’engage aujourd’hui. Elle intervient après l’installation d’une nouvelle majorité régionale présidée par Valérie Pécresse qui a voulu faire de la culture un marqueur de sa mandature. La nouvelle Présidente l’a annoncé, elle en a la volonté, elle veut augmenter, dans la mandature, le budget global en faveur de la culture en Île-de-France de 20% qui devrait passer à 2% du budget global de la Région.  

C’est une nouvelle étape pour une nouvelle impulsion que j’entends incarner avec vous et en premier lieu avec les équipes d’Arcadi Île-de-France, que j’ai eu l’occasion de rencontrer en janvier et qui font un travail utile. 

Cette présidence s’inscrit aujourd’hui dans la cohérence de l’histoire et de la nature d’Arcadi. C’est la Région Île-de-France qui a voulu sa création en partenariat avec l’État. C’est aujourd’hui un financeur et partenaire très important. Mais au-delà de ce soutien, je veux souligner devant vous que je suis en tant que  Présidente aussi garante du statut et de l’esprit d’établissement public de coopération culturelle qu’est Arcadi. Je l’envisage tant dans la relation à l’État et la Direction régionale des affaires culturelles - et je remercie pour sa présence, Madame Chatenay-Dolto  - qu’avec les autres partenaires territoriaux qu’ils soient des professionnels ou des collectivités. 

Un changement de mandature, de nouveaux interlocuteurs, c’est toujours une période de doutes pour les collaborateurs déjà en place. Je veux ici les rassurer, comme je l’ai fait, il y a un mois, en prenant l’initiative de les rencontrer pour leur faire part de ma candidature au nom de la majorité régionale ; de la même manière, j’ai aussi souhaité rencontrer Madame la Directrice des affaires culturelles pour échanger sur Arcadi et le partenariat qui anime ici État et Région. C’est vraiment dans cet esprit de dialogue et de transparence que je me permets de vous faire part aujourd’hui de quelques-unes des orientations que je souhaite porter au nom du nouvel exécutif régional pour cet établissement.

1 - D’abord, la continuité du cœur de mission d’Arcadi pour l’accompagnement des équipes artistiques

Comme vous le savez, plus de 40% des équipes artistiques françaises sont en Île-de-France. C’est une richesse considérable mais aussi une responsabilité particulière. Cette densité compte assurément dans le rayonnement et le dynamisme artistiques de le France ; elle est une chance formidable pour notre territoire, elle est facteur d’attractivité économique et touristique, mais elle a aussi pour les artistes son versant d’isolement, de difficultés sans doute plus grandes ici qu’ailleurs pour créer, être visibles du public, mis en marché… C’est pour cela que les missions de soutien, d’accompagnement et de ressources qu’exerce Arcadi ont encore plus de sens en Île-de-France et doivent perpétuellement se réinventer pour disposer d’équipes artistiques capables de développer de nouveaux projets, et de se renouveler, et disposer de lieux de diffusion toujours plus innovants pour donner à voir cette diversité d’expression qui est notre richesse en Île-de-France. 

Autre critère à renforcer : la promotion de tous les territoires franciliens. Ce dynamisme culturel doit être partagé au plus possible sur l’ensemble de la région et pas uniquement à Paris ou en Seine-Saint-Denis. Nous devons être vigilants à ce que les équipes comme les lieux ne soient pas désavantagés parce qu’elles font le choix de s’implanter dans des territoires carencés par leur composition sociale ou leur éloignement. Je veillerai pour ma part personnellement, avec notre Vice-Présidente Florence Portelli, elle-même élue du Val-d’Oise, à ce que ce travail d’accompagnement autour de cette question d’équilibre territorial soit accentué. Je le veux d’autant plus que je suis une élue parisienne, maire d’un arrondissement tourné vers la création théâtrale et artistique. Plus de 20 théâtres, quatre salles de spectacle, l’Opéra, une magnifique concentration d’établissements culturels. Tous les territoires d’Île-de-France doivent pouvoir aussi accéder à ce niveau d’excellence artistique. 

 2 -  Ajuster et affiner la mission des Médiateurs culturels implantés dans les lycées

Renforcer l’enseignement artistique, c’est aussi un pilier de la politique que souhaite mener la nouvelle Présidente et sa Vice-Présidente Agnès Evren pendant cette mandature. Cette mission, j’ai tenu à la découvrir moi-même en me déplaçant dans un lycée à Chennevière-sur-Marne dans le Val-de-Marne il y a deux semaines. J’ai pu me rendre compte de la relation forte qui s’était tissée entre les équipes pédagogiques et les médiateurs ; j’ai été frappée par la capacité que le dispositif permettait pour ouvrir les établissements sur leur environnement culturel et artistique ; et c’est d’autant plus essentiel dans une société où l’école est l’un des rares et seuls endroits pour les jeunes d’ouverture sur le monde, de découverte de soi et des autres. 

Cette mission d’Arcadi est relativement nouvelle, puisqu’elle a été mise en place en 2012 ; elle est encore en phase de rodage. C’est l’heure d’un premier bilan sur lequel nous devrons nous pencher en tant que membres du Conseil d’administration. Je souhaite que nous puissions engager une réflexion ensemble sur cette mission, la renouveler, proposer une réorganisation pour faire en sorte qu’elle bénéficie au plus grand nombre, pour autonomiser, sans abandonner, les établissements qui en ont bénéficié. Autrement dit, que cette mission soit vécue comme une expérimentation en mouvement. Tout est ouvert. Et je serais heureuse de connaître vos suggestions en la matière. 

 3 -  Le déploiement de nouveaux outils et partenariats en lien avec le projet et les compétences de la Région

Dans les missions que porte l’établissement, je pense que des outils complémentaires de ceux qui sont aujourd’hui proposés sont à explorer à destination des porteurs en considérant qu’ils s’inscrivent dans une économie et une filière. Je me permets de donner quelques pistes qui pourraient faire écho à des éléments programmatiques de la nouvelle majorité régionale ou avec le cœur des compétences régionales :

  • Le développement d’outils d’information et de coopération : dans le cadre de son travail d’accompagnement, je pense qu’Arcadi doit développer sa mission de service public pour l’information et la coopération notamment à travers le Web avec une plateforme collaborative qui propose des applications ; je pense particulièrement au besoin d’une information territorialisée des dispositifs locaux de soutien à la création et la diffusion (Villes, intercommunalités et départements).
  • Autre piste : le mécénat participatif ou crowdfunding. C’est une nécessité aujourd’hui de pouvoir bénéficier de financements additionnels parfois déterminants pour rendre les projets réalisables. Ce financement participatif engage des particuliers, des habitants, des entreprises au bénéfice des projets. Je souhaite donc que nous étudiions les conditions de partenariat avec des plateformes de mécénat participatif. En repérant des projets, en les accompagnant, en proposant une prise de risque partagée avec ces plateformes, Arcadi contribuerait à proposer de nouveaux modes de financement aux porteurs de projet. 
  • La réflexion pour le développement d’outils économiques comme les fonds de garantie en partenariat avec la banque d’investissement. De tels outils existent dans d’autres régions et proposent de quoi amorcer des projets ; je propose qu’Arcadi se saisisse de cette question.
  • La formation professionnelle qui est une compétence régionale ; il n’existe pas en la matière de stratégie organisée et spécifiquement dédiée au spectacle vivant en Île-de-France. Je pense que c’est un manque et donc un sujet de travail à envisager en partenariat avec des organismes et opérateurs qui sont d’ailleurs des interlocuteurs de la collectivité ; cela permettrait d’identifier les besoins, discuter de l’offre de formation, orienter les professionnels.
  • Un soutien plus affirmé à l’émergence artistique. Fort de son réseau et de ses compétences, Arcadi peut organiser, chaque année,  un temps fort de mise en visibilité d’artistes émergents, soutenus par nous ou par la Région.  

D’autres pistes sont à explorer encore dans un souci de parfaite transparence dans l’aide octroyée, comme la mise en place d’une « critérisation », d’un comité de sélection des projets réunissant les membres du Conseil d’administration qui le souhaitent, des personnalités qualifiées du monde des arts qui pourraient être renouvelées chaque année. 

Je souhaite donc que la direction de l’établissement puisse engager une réflexion sur ces quelques propositions pour en faire part et en discuter prochainement en Conseil d’administration. Je pense que cela implique un travail plus étroit avec les services de la Région, ce que je leur demanderai, ainsi que certains organismes associés pour accompagner l’établissement dans ces pistes assez transversales.

4 - Enfin, il nous faut aussi aborder un rapprochement structurel avec d’autres organismes associés pour renforcer les capacités d’action 

 C’est un sujet qui a été annoncé par la Présidente Valérie Pécresse, la nécessité de rapprocher les organismes associés de la Région.

Cette réflexion, je l’ai évoquée avec Frédéric Hocquard, pour que ce mouvement existe dans le champ du spectacle vivant. Dans le cadre de ces regroupements, je serai extrêmement vigilante à ce que les missions d’Arcadi puissent trouver la place qu’elles méritent. Aujourd’hui, là aussi tout reste ouvert et nous aurons l’occasion d’en débattre le moment venu.

C’est donc, vous l’aurez compris, avec une ambition réelle pour le développement culturel, que j’ai le plaisir de prendre ces fonctions de Présidente de l’établissement. Je vous renouvelle mes remerciements pour votre présence aujourd’hui et vous affirme à nouveau le plaisir qui est le mien de travailler avec vous, au-delà des clivages partisans, au rayonnement culturel de notre région. 

 

➣ 2 avril 2014

2014 – 2017 : un nouveau projet pour Arcadi Île-de-France
par Frédéric Hocquard, directeur d’Arcadi Île-de-France

     « Fort de six années d’expérience en tant que directeur d’Arcadi Île-de-France, j’ai souhaité me réengager auprès de son équipe afin de poursuivre l’action de l’établissement. Arcadi doit continuer à jouer un rôle majeur dans le secteur culturel francilien afin de renforcer la place de la culture et de ceux qui la font sur le territoire régional.

     Après l’approbation du renouvellement de mon mandat pour les années 2014 à 2017 par le conseil d’administration d’Arcadi en janvier dernier, j’ai le plaisir de vous présenter mon nouveau projet, qui s’inscrit dans la continuité des axes développés et vise à les renforcer par des évolutions notables.

     De 2008 à 2011, j’avais centré mon intervention sur un rééquilibrage entre les aides financières et les actions dites « ressources » proposées par l’établissement, en développant un pôle ressources qui a permis d’élargir et de diversifier les publics bénéficiaires des actions de l’établissement.
Puis, de 2011 à 2013, Arcadi a développé et expérimenté de nouvelles actions : création et développement de la mission Médiateur culturel dans les lycées et universités, à la demande de la Région Île-de-France ; développement de la mission d’observation culturelle, à la demande de la Drac ; mise en place de coopérations inter-régionales ; développement des relations internationales sur les zones de coopération décentralisée de la Région Île-de-France.

     Si une augmentation de 20% du budget d’Arcadi avait alors permis le développement de ces actions, le contexte est aujourd’hui différent. La raréfaction de l’argent public ne permet pas de se projeter dans le développement d’activités nouvelles.
Ce troisième mandat doit donc être l’occasion de consolider l’articulation entre les dispositifs d’aides proposés par Arcadi, d’améliorer la transversalité dans l’ensemble de nos actions et de procéder à des ajustements pour répondre mieux encore aux besoins du secteur culturel francilien.
C’est pourquoi les bases de ce nouveau projet s’appuient sur les résultats des deux évaluations menées sur quatre dispositifs du pôle ressources, d’une part, et sur les dispositifs de soutien à la création, à la diffusion et à l’action artistique, d’autre part.
Ainsi, le nouveau projet propose deux nouveautés conséquentes.

     Mieux articuler les actions d’Arcadi en faveur des équipes artistiques, décloisonner les modes d’intervention, s’engager au long cours auprès des équipes : voici les axes essentiels de mon projet en termes de soutien à la création.
L’Île-de-France présente la plus grande concentration d’équipes artistiques et de lieux de diffusion du territoire national. C’est pourquoi, afin d’aider à faire émerger les nouveaux talents et à consolider les créations des nombreuses équipes locales, Arcadi consacrera ses crédits en production sur les équipes exclusivement franciliennes. Pour assurer la diversité des propositions artistiques dans les programmations des lieux franciliens, les crédits seront également ouverts aux compagnies non franciliennes pour des aides à la diffusion.
Arcadi considérera de façon systématique les besoins financiers, en industrie et en nature liés aux projets des équipes et tentera d’y répondre de la façon la plus pertinente et la plus adaptée. Ce nouveau dispositif d’accompagnements a pour objectifs de contribuer à prolonger la longévité de chaque projet soutenu, à optimiser sa diffusion au vu de son potentiel et à encourager les équipes artistiques dans leur développement. À cet effet, j’ai décidé de consacrer une part plus conséquente du budget de l’établissement à la diffusion.

     Par ailleurs, la création du Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche appliquées aux champs culturel et artistique permettra de redonner sa place à la recherche artistique et de contribuer au développement de projets innovants, initiés par des acteurs du secteur culturel et artistique ou par Arcadi, afin de participer de façon active et réactive aux transformations du secteur culturel.

     Dans une logique de soutien plus global aux équipes artistiques, en particulier en termes de réflexion sur leur stratégie de diffusion, il m’a paru plus pertinent de renforcer notre action du côté des porteurs de projets. Par conséquent, les aides financières qui étaient versées directement aux lieux dans le cadre d’un soutien à la diffusion n’existeront plus sous cette forme. Bien entendu, je souhaite, en parallèle, continuer à consolider le lien avec les partenaires privilégiés que sont les diffuseurs franciliens. Ainsi, des représentants des lieux de diffusion seront impliqués dans les comités d’étude pour moitié des effectifs : leur mobilisation aux côtés d’Arcadi, auprès des équipes artistiques, permettra de mieux assurer la vitalité de l’offre artistique sur le territoire francilien.

     Enfin, Arcadi s’engage à poursuivre l’organisation de rencontres professionnelles ; l’observation culturelle reste une priorité au vu des besoins d’analyse du secteur à l’échelle régionale ; et tous les possibles seront considérés dans le cadre du développement de la mission Médiateur culturel dans les lycées et les universités d’Île-de-France.

     J’espère vivement que ce nouveau projet, porté avec conviction par l’ensemble de l’équipe d’Arcadi Île-de-France, répondra au mieux aux attentes de ceux qui constituent le vivier de la création artistique dans les champs du spectacle vivant et des arts de l’image sur le territoire francilien. »


Région Île-de-France


Direction régionale des Affaires culturelles d’Île-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication