Arcadi

Archives des autres rencontres

Année 2017

Et si on dansait en ville ?


30 janvier 2017 - Théâtre de la Cité internationale, Paris

Les métropoles contemporaines, comme les quartiers de Buenos Aires pour le tango et ceux de La Havane pour la salsa, sont-elles devenues des lieux vivants de la danse ?

Hip hop dans les halls de gare, milonga au musée, danse contemporaine sur une place publique... Que signifie cette visibilité nouvelle du corps et du mouvement dans nos rues et sur nos places ?
En présence d’Alix de Morant, auteure du texte « Et si on dansait en ville ? » dans le numéro 4 de Nectart, paru le 20 janvier 2017.

Intervenants :
• Julie Desprairies, chorégraphe
• Alix de Morant, chercheuse dans le domaine des arts vivants, spécialiste des nomadismes artistiques et de l’art en espace public
• Mathias Poisson, artiste plasticien et performeur
• Nadia Vadori-Gauthier, artiste, docteur en esthétique de l’Université Paris 8 et initiatrice du projet Une minute de danse par jour

Introduction : Éric Fourreau, directeur des éditions de L’Attribut et de la revue Nectart
Modération : Delphine Martincourt, responsable des recontres à Arcadi

Rencontre organisée par Nectart et Arcadi Île-de-France, en partenariat avec le Théâtre de la Cité internationale et le festival Faits d’Hiver.

Année 2016

Rencontre autour d’Archipels, Tourmentes et migrations


3 décembre 2016 - Musée national de l’histoire de l’immigration, Paris

Dans le cadre de la sortie d’Archipels, nouvelle publication européenne consacrée aux arts et à la culture dans leurs relations à la société, ce rendez-vous souhaitait ouvrir la discussion et sensibiliser le public à la construction de nouveaux rapports entre les peuples. Dans quelle mesure les artistes participent-ils, avec leurs propres outils, à une prise de conscience publique des drames vécus ?

Lʼéquipe française de la revue Cassandre/Horschamp et du site L’Insatiable et celle bruxelloise de Culture & Démocratie travaillent depuis plus de vingt ans à mettre en valeur les liens existants entre lʼart, la culture et lʼétat de nos sociétés. Archipels est née de la rencontre de ces deux équipes.

Ouverture :
Projection du film documentaire de Jean-François Botbol sur la troupe de théâtre
du Nimis Groupe et témoignage d’une comédienne.

Animation des débats :
• Nicolas Roméas, directeur de Cassandre/Horschamp – L’Insatiable
• Pierre-Jérôme Adjedj, rédacteur à Cassandre/Horschamp, auteur-metteur en scène etphotographe
• Paul Biot et Sabine de Ville, de Culture & Démocratie
• Luc Gruson, ancien directeur du Musée de l’histoire de l’Immigration, conseiller au ministère de la Culture

Programme complet

Rencontre participative : Territoires du Grand Paris culturel et nouvelles mobilités


29 novembre 2016 - Académie Fratellini, La Plaine Saint-Denis

Journée proposée par Artcena, l’Académie Fratellini et Arcadi Île-de-France.
La métropole du Grand Paris a ouvert un espace de constructions politique, économique et symbolique, et produit des mobilités nouvelles qui invitent à réinterroger le rapport au(x) territoire(s) et le vivre ensemble. Nous avons convié les intervenants – collectivités, entreprises, acteurs culturels – et les participants à imaginer et proposer de nouvelles formes d’expérimentation et de coopération.

Comment les politiques culturelles prennent-elles en compte les nouvelles mobilités ? Quels sont les enjeux de l’articulation entre lieu de travail et lieu de vie des salariés ? Comment les artistes contribuent-ils à transformer les croisements en rencontres ?

Consulter le programme

Égalité h/f dans les musiques actuelles : et si on passait à l’action ?


13 octobre 2016 - FGO Barbara, Paris

En 2016, le constat était sans appel : les inégalités entre les femmes et les hommes sont persistantes dans la société et notre secteur des musiques actuelles ne fait pas exception. Cette conférence est organisée par le RIF en partenariat avec H/F IDF, Opale, Arcadi et la Fedelima.

Après plusieurs temps d’échanges et de rencontres, H/F IDF et le RIF ont initié, en partenariat avec Opale, Arcadi Île-de-France et la Fedelima, une Saison égalité dans les musiques actuelles en Île-de-France.

Les objectifs : affiner les constats, poursuivre la sensibilisation mais surtout permettre des expérimentations concrètes au sein des structures franciliennes pour faire tomber les barrières à l’égalité des chances entre hommes et femmes dans notre secteur.

En savoir plus

Qu’est-ce que la chanson ?


5 juillet 2016 - Les Trois Baudets, Paris

Univers protéiforme, la chanson se mêle aisément à d’autres genres. Ce qui constituait une définition de la chanson d’hier, à savoir des textes francophones et une composition alternant couplets et refrains, a volé en éclats sous l’impulsion d’artistes souvent désignés par l’expression « nouvelle scène française ». Quelles évolutions pour l’esthétique de la chanson ? Quelle place pour les femmes dans cet univers ? Quelles spécificités en termes de logiques de production et de diffusion ? Constatant ces dernières années l’émergence de ces artistes, Arcadi a souhaité proposer une conversation, temps d’échange privilégié avec des artistes et professionnels du secteur autour d’un verre.

Intervenants :
• Matthieu Dufour, Pop, Cultures et Cie
• Gérald Kurdian, artiste
• Robi, artiste
• Alice Vivier, directrice adjointe associée des Trois Baudets

Modération : Sylvain Dépée  

Théâtres de ville et diffusion de la musique : quels enjeux de programmation, de coopération et d’action territoriale ?


10 juin - FGO-Barbara, Paris 

Les théâtres de ville sont au cœur de la vie culturelle francilienne. Analyser la programmation musicale de ces lieux permet d’en situer les enjeux propres, qu’ils relèvent de la diversité des esthétiques, des économies qui y sont liées ou de la relation aux publics et aux territoires.
Cette rencontre était proposée dans le cadre de la sortie d’une étude menée par Arcadi sur le sujet : Cultures en Île-de-France #6 : diversité musicale et répartition territoriale dans les théâtres de ville franciliens.

Elle s’articulait autour de différentes questions : quelle est la place de la musique dans les lieux de diffusion pluridisciplinaires sur le territoire francilien ? Quelles sont les complémentarités et les coopérations réelles entre les lieux de diffusion ? Quelles sont les logiques de programmation de la musique et les enjeux territoriaux qu’elles soulèvent ? Quelle diversité au sein de ces programmations ?   

Intervenants :
• François Beaudenon, directeur adjoint et programmateur à Paul B, Smac-Massy (91)
• Jean Feugère, directeur du Centre culturel La Barbacane, Beynes (78)
• Laure Gasson, directrice de la Grange Dîmière - Théâtre de Fresnes (94)
• Gérôme Guibert, sociologue
• Élodie Guitot, directrice de la Smac Les Cuizines, Chelles (77)
• Santiaga Hidalgo, responsable de l’observation culturelle à Arcadi Île-de-France
• Marc Jeancourt, directeur du Théâtre Firmin Gémier/La Piscine, Antony/ Châtenay-Malabry (92)

Avec, pour les interviews vidéos, l’aimable participation de :
• Sébastien Berthe, chargé d’études, Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV)
• Marie Hédin-Christophe, déléguée générale de la Fevis
• Michel Lefebvre, président du Syndicat national des scènes publiques (SNSP)
• Franck Michaut, directeur du RIF, Confédération des réseaux départementaux de lieux et structures de musiques actuelles/amplifiées en Île-de-France

Modération : Yann Perrin  

Consulter le programme

Inégalités


8 mars 2016 - Musée de l’histoire de l’immigration, Paris

À l’heure où le secteur s’interroge sur le manque de diversité sur les plateaux, nous souhaitions apporter des pistes de réflexion sur le sujet et, en particulier, aborder la question sous l’angle des représentations et des pratiques de réception dans les démarches d’éducation culturelle et artistique ou de médiation.

À partir d’interventions de sociologues, nous souhaitions revenir sur les définitions de ces notions et appréhender ce qui les distingue dans une perspective dynamique et historique.
Dans un second temps, à partir de témoignages et de retours d’expériences de professionnels (responsables des relations avec les publics ou de médiation culturelle) et d’artistes, notamment en s’appuyant sur le film La Ligne de couleur réalisé par Laurence Petit-Jouvet et co-produit par Arcadi Île-de-France, nous nous sommes interrogés sur la manière dont les assignations racialisées et les mécanismes qui sous-tendent les inégalités ethno-raciales pouvaient toucher les artistes dans l’exercice de leur profession et être un vecteur de créativité dans leurs projets artistiques. Nous souhaitions également évoquer avec eux, ainsi qu’avec des responsables culturels ou socio-culturels, la manière dont des projets portés auprès des publics potentiellement concernés par ces inégalités pouvaient intégrer cette dimension. Et tenter de répondre à quelques questions : comment, par la pratique artistique, peut-on déconstruire et reconstruire les systèmes de représentation ? Comment donne-t-on aujourd’hui à voir la diversité ? Comment travailler ces questions dans le cadre d’une pratique artistique ou culturelle, ou dans des activités de médiation auprès des publics ?

La rencontre était précédée de la projection du film La Ligne de couleur et d’un temps d’échanges autour des questions de médiation auprès des publics avec le Musée national de l’histoire de l’immigration.

Programme :

➣ 10h : Projection du film La Ligne de couleur de Laurence Petit-Jouvet
Karine Gloanec-Maurin, haut fonctionnaire en charge de la diversité au ministère de la Culture et de la Communication, interviendra en ouverture de la journée.
Produit par Avril en coproduction avec Arcadi Île-de-France, La Ligne de couleur est un film mosaïque constitué de lettres filmées mises en cinéma.
Onze personnes, hommes et femmes, citoyens français de culture française, perçues comme étant arabes, noires ou asiatiques, évoquent la complexité de cette expérience intime et sociale : vivre dans la France d’aujourd’hui avec cette « couleur » qui les distingue.

11h30 - 12h30 : Temps d’échanges autour de la question de la médiation
Les personnes en charge de la médiation au Musée national de l’histoire de l’immigration évoqueront leurs pratiques professionnelles : quelles représentations à l’œuvre du côté des médiateurs / accompagnateurs vis-à-vis des publics ? Peuvent-elles être réinterrogées ? Quels objectifs et outils spécifiques ?
Les participants peuvent s’inscrire à l’un des trois ateliers suivants :
• Atelier 1 : Médiation auprès des publics jeunes
• Atelier 2 : Médiation auprès des publics dits « empêchés » / publics issus du champ social
• Atelier 3 : Médiation auprès des publics dits « habitués » des musées

➣ 14h15 - 17h30 : Rencontre
Inégalités « ethno-raciales », assignations racialisées, diversité : de quoi parle-t-on ?
À partir d’interventions de sociologues, les définitions de ces notions et leurs spécificités seront abordées dans une perspective dynamique et historique.
Intervenants :  Mirna Safi, sociologue / Maxime Cervulle, sociologue.

Témoignages et retours d’expérience :
Comment les assignations racialisées et les mécanismes qui sous-tendent ces inégalités peuvent-ils toucher les artistes dans l’exercice de leur profession ? Dans quelle mesure peuvent-ils être un vecteur de créativité dans leurs projets artistiques ? Comment les projets portés auprès des publics potentiellement concernés par ces questions peuvent intégrer cette dimension ?
Intervenants : Laurence Petit-Jouvet, réalisatrice / Yaya Moore, chroniqueur et journaliste / François Lorin, responsable des relations aux publics au Théâtre Gérard Philipe - CDN de Saint-Denis / Isabelle Boni Claverie, réalisatrice / Alain Foix, dramaturge et essayiste / Rachid Ouramdane, chorégraphe.

Modérateur : Mohammed Ouaddane, association Trajectoires, Mémoires et cultures

Consulter le programme

Musiques actuelles : les femmes sont-elles des hommes comme les autres ? Diagnostic et leviers d’action pour l’égalité h/f dans le secteur des musiques actuelles


2 février 2016 - FGO-Barbara, Paris

Le constat est sans appel : les inégalités entre les femmes et les hommes sont persistantes dans la société et le secteur des musiques actuelles ne fait pas exception malgré les valeurs de diversité, d’émancipation sociale et de dignité humaine qu’il véhicule.
Comment mieux comprendre et appréhender les mécanismes qui produisent ces inégalités dans les musiques actuelles ? Quels moyens mettre en œuvre au sein de nos structures pour faire évoluer cet état de fait ?

Engagement dans un parcours artistique puis dans une carrière professionnelle, accès à la scène et aux moyens de production, accès à des fonctions de direction ou de programmation : les barrières à l’égalité des chances et des droits pour les femmes s’entremêlent.
Cette journée co-organisée par le RIF et H/F Île-de-France proposera de partager les constats, de poser des diagnostics et d’échanger sur les leviers d’action à notre portée, sur la base de témoignages, d’études et de retours d’expérience. Programmation, actions culturelles, observation, communication, GRH : des outils existent et peuvent être expérimentés dans le cadre d’une « Saison Egalité »  dans les musiques actuelles.

Org. RIF et H/F Île-de-France en partenariat avec la Fédélima, Opale et Arcadi Île-de-France.

Année 2015

Quel territoire culturel demain, au Grand Paris et ailleurs ?


1er décembre 2015 à La Bellevilloise, Paris

Arcadi Île-de-France, les éditions de l’Attribut et HorsLesMurs se sont associés pour organiser une rencontre autour d’un enjeu essentiel dans le secteur culturel : comment le paysage institutionnel culturel va-t-il se recomposer suite à la réforme territoriale et à la loi de modernisation de l’action publique territoriale définissant les nouvelles métropoles ? Comment envisager particulièrement l’avenir du Grand Paris en matière culturelle ? Quelle place pour la construction démocratique de l’action culturelle au sein de la future métropole ? Quelles transformations de l’espace périurbain, de l’édification du territoire métropolitain ?

Modération :
Gentiane Guillot, secrétaire générale de HorsLesMurs, Centre national de ressources des arts de la rue et des arts du cirque

Grands témoins :
• Emmanuel Négrier, directeur de recherche en science politique au CNRS-CEPEL (Centre d’études politiques de l’Europe latine – Université de Montpellier)
• Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique à l’Université de Paris Ouest-Nanterre et professeur invité à l’université de Louvain-la-Neuve (Belgique)

 Intervenants :
• Daniel Béhar, géographe, professeur à l’Institut d’Urbanisme de Paris - Université Paris Est, maître de conférences à l’École des Ponts ParisTech et consultant à la coopérative Acadie
• Raphaële Bidault-Waddington, créatrice de laboratoires de recherche artistiques
• Vincent Eches, directeur de La Ferme du Buisson, Scène nationale de Marne-la-Vallée
• Nadège Guiraud, directrice des programmes et des projets, La 27e Région
• Luc Gwiazdzinski, géographe, enseignant-chercheur en aménagement et urbanisme à l’Université de Grenoble au laboratoire Pacte
• Bruno Julliard, premier adjoint au maire de Paris, chargé de la culture
• Julien Neiertz, association Metropop !
• Agnès Parnaix / Séverine Albe-Tersiguel, Institut d’aménagement et d’urbanisme Île-de-France (IAU-IDF)
Laurent Petit, ANPU, Agence nationale de psychanalyse urbaine

➢ Consulter les actes et le programme :
Intervention d’Emmanuel Négrier

Intervention d’Emmanuel Wallon
 
Intervention de Bruno Julliard
Deuxième partie des actes « La réforme territoriale et le Grand Paris »
Télécharger le programme

Projets artistiques avec et pour les adolescents : quels enjeux ?


17 juillet 2015 - Avignon

Des approches théoriques ont permis d’appréhender les notions d’adolescence, de culture adolescente et l’apport des pratiques et projets artistiques en termes d’expérience et d’apprentissage. Christine Détrez, sociologue à l’École normale supérieure de Lyon, et Marie Chollier, psychologue, ont apporté des clefs de compréhension de ce temps de vie transitoire et particulier ; elles ont abordé la question des modalités de médiation culturelle et le rapport des adolescents à la création.
La présentation de projets accompagnés dans le cadre de la mission Médiateur culturel dans les lycées et les universités d’Île-de-France, portée par Arcadi, est venue compléter ces éclairages par des retours d’expérience. Des artistes, enseignants et médiateurs ayant accompagné ou participé à l’élaboration de ces projets en ont évoqué les enjeux en termes de médiation, transmission et appropriation.

Modération :
Chantal Dahan, chargée d’études et de recherche à l’Injep, Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse

Intervenants :
• Marie Chollier, psychologue et Christine Détrez, sociologue à l’École normale supérieure de Lyon
• Ingrid Étienne, médiatrice culturelle au sein du lycée d’enseignement général et technologique Julie-Victoire Daubié (Argenteuil) et aux lycées d’enseignements professionnels Le Corbusier (Cormeilles-en-Parisis) et Le Château d’Epluches (Saint-Ouen l’Aumône) et Éric Charon, comédien, Collectif In Vitro
• Amanda Castillo, médiatrice culturelle au lycée général et technologique Gaston Bachelard, au lycée professionnel Louis Lumière (Chelles) et au lycée polyvalent Alfred Nobel (Clichy-sous-Bois)  et Fanny Levin, professeur de lettres classiques au lycée Gaston Bachelard
• Alev Hezer, médiatrice culturelle au lycée professionnel Antonin Carême (Savigny-le-Temple) et au lycée d’enseignement général et technologique François Couperin (Fontainebleau)  

➢ Consulter les actes et le programme :
Télécharger les actes

Télécharger le programme

Année 2014

Rencontre professionnelle : Stratégie pour le temps présent : quelles méthodes pour construire demain ?


17 juillet 2014 - Espace Jeanne Laurent, Avignon

Imaginer l’avenir, quand le présent est difficilement appréhendable, peut paraître complexe. Pourtant, penser l’avenir n’est-il pas nécessaire pour saisir le présent et aider à la prise de décision ? Dans le cadre de son nouveau projet, c’est dans cette réflexion qu’Arcadi Île-de-France souhaite s’inscrire.
À partir de retours d’expériences et de témoignages, il s’agira de s’interroger sur une démarche encore peu connue dans le secteur artistique et culturel. Qu’est-ce que la prospective ? En quoi permet-elle de cerner les enjeux du présent ? Que peut-elle apporter à la démarche artistique ?
Enrichir la réflexion, changer les modes d’action et innover : tels sont, selon Arcadi Île-de-France, les défis d’aujourd’hui.

Intervenants :
• Georges Amar, ancien directeur de l’unité Prospective et Conception innovante à la RATP et chercheur associé à la chaire d’innovation de l’École des Mines ;
• Jean-Claude Berutti, metteur en scène et ancien directeur du Centre dramatique national de Saint-Étienne ;
• Gentiane Guillot, secrétaire générale de HorsLesMurs ;
• Jean-Michel Guy, Département des études, de la prospective et des statistiques (Deps), ministère de la Culture et de la Communication ;
• Isabelle Horvath, enseignante-chercheuse, ESC Saint-Étienne et Université Jean Moulin ;
• Maud Le Floc’h, fondatrice et directrice du pOlau (Pôle des arts urbains).
• Rencontre animée par Jacques-François Marchandise, directeur de la recherche et de la prospective de la Fing (Fondation Internet nouvelle génération).

Consulter le programme

Année 2011

Rencontre autour d’une expérience de mutualisation : La Frithe


28 septembre 2011 - Théâtre de l’Aquarium, Paris

En partenariat avec Opale / CNAR Culture et l’Atelier, deux structures également très actives dans la réflexion et l’accompagnement en matière de nouvelles formes d’organisation, Arcadi et RAVIV ont proposé un temps d’échanges autour de la création d’une fédération de compagnies: La Frithe.

Née de l’initiative des compagnies Fahrenheit 451 et le Crik, cette fédération est le fruit de plusieurs années de réflexions, de rencontres, de soutiens divers... L’objectif de cet après-midi n’était pas de présenter un modèle transposable, une solution "clés en main", mais plutôt de mettre en lumière le long cheminement parcouru pour aboutir à la constitution de cette fédération, de relever l’ensemble des questionnements qui ont jalonné les différentes étapes, de donner la parole aux structures et personnes qui ont accompagné les compagnies dans cette aventure...

Cette rencontre s’inscrit dans une logique de partage d’expériences et de savoirs, la présentation de cette initiative constituant un point d’appui pour échanger et débattre de manière plus générale sur les enjeux de la mutualisation, les formes qu’elle peut prendre, les écueils à éviter, les étapes à respecter, les soutiens et ressources à mobiliser...

Intervenants :
• Jean-François Maurier, metteur en scène, compagnie Le Crik  
• Christophe Gauzeran, metteur en scène, compagnie Fahrenheit 451
• Camille Sirota, administrateur des compagnies Fahrenheit 451 et le Crik
• Jean Castella, fondateur d’Artilud, structure de formation et de conseil
• Claire Goichot, responsable du Dispositif Local d’Accompagnement à Prisme 95
• Françoise Billot, directrice du Pôle Ressources d’Arcadi
• Jacques Frot, président de Raviv, Réseau des arts vivants en Île-de-France

Blog de La Frithe
Synthèse de la rencontre
Mutualisation, quel avenir pour les compagnies ? Note de synthèse - Camille Sirota (2011)

Coopération culturelle, culture de la coopération


15 juillet 2011 - Espace Jeanne Laurent, Avignon

Arcadi a organisé le 15 juillet 2011 à Avignon une rencontre autour de la question de la coopération culturelle territoriale. Cette rencontre s’inscrivait dans une volonté de contribuer à la réflexion et d’apporter des éléments de connaissance, de compréhension et de valorisation autour de l’idée de coopération culturelle.

Si le concept de coopération culturelle n’est pas récent, il prend aujourd’hui une nouvelle dimension du fait d’une forte actualité sur un certain nombre de sujets qui y font référence : réforme territoriale, montée en puissance du fait intercommunal, proposition de loi modificative des EPCC, rapport de Jérôme Bouët sur la relance du partenariat entre État et collectivités, réactivation du Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel...

Il est vrai que, face aux profondes mutations en cours, les politiques publiques – et particulièrement les politiques culturelles – ne peuvent faire l’économie d’une évolution de grande ampleur. Dans ce contexte, la coopération paraît pouvoir constituer l’un des vecteurs majeurs de cette transformation, par sa capacité à faire émerger de nouvelles formes de gouvernance, à faire converger des intérêts divers autour d’objectifs partagés, à favoriser la transversalité des politiques publiques, à questionner les notions de responsabilité, de solidarité et de citoyenneté...

Pourtant, sans une réflexion de fond sur les préalables, les caractéristiques et les effets de la coopération culturelle, sans une véritable exploration et une capitalisation des processus développés par les uns et les autres, on reste bien souvent dans un discours, sinon incantatoire, du moins en décalage par rapport aux réalités. Ce qui fait courir le risque d’une certaine forme de banalisation de l’idée de coopération culturelle, voire d’un possible détournement de son sens : la coopération culturelle deviendrait ainsi l’une de ces innombrables "expressions valises" des politiques culturelles, regroupant sous sa bannière aussi bien le co-financement ou de simples modalités "technocratiques" de collaboration que de véritables processus communs et partagés.

Cette rencontre se proposait donc, en partant d’expériences existantes de différente nature, d’aller observer de plus près les processus coopératifs et de contribuer ainsi à la réflexion prospective sur ce qui fait réellement coopération culturelle : qu’est-ce que cela implique et qu’est-ce que cela produit ? Quels sont les enseignements et questionnements tirés des expériences ? Peut-on en déduire des principes directeurs ? 

Intervenants :
• Anne-Isabelle Vignaud, directrice de La Condition Publique à Roubaix,
• Armelle Bothorel, 1ère Vice-présidente Culture et identité / Ressources humaines, Communauté d’agglomération de Saint-Brieuc,
• Vincent Moisselin, directeur de la Culture, du Patrimoine, des Sports et des Loisirs au Conseil général de la Seine-Saint-Denis,
• Eddie Aït, conseiller régional d’Île-de-France et président d’Arcadi,
• Emmanuel Négrier, directeur de recherche au CNRS à l’Université de Montpellier I.

Modération : Didier Salzgeber, coopérateur culturel

➣ En savoir plus :
Charte de coopération culturelle de la Ville de Lyon
Charte de coopération culturelle de la Ville de Paris
Dossier
 sur le site du réseau Euromedinculture

La voix du danseur dans tous ses états


Journée d’étude du 13 février 2011 au Théâtre de la Cité internationale, Paris

La journée d’étude « La voix du danseur dans tous ses états » s’inscrit dans un projet plus global intitulé « A la recherche de la danse contemporaine ». Ce projet plus global est aussi beaucoup plus étendu dans le temps. En voici les principaux éléments, présentés ci-après.

Télécharger le dossier

Art, culture et handicap


5 novembre 2010 - Comptoir général, Paris

Aujourd’hui, plus d’un français sur quatre souffre d’une incapacité, d’une limitation d’activité ou d’un handicap (enquête Handicaps, incapacités, dépendance, Insee 2002), proportion sans doute amenée à s’accroître du fait du vieillissement de la population.

Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir bénéficier de tous les droits fondamentaux, ce qu’est venue réaffirmer la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, en instituant un certain renversement de logique: il y a urgence à prendre conscience que ce n’est pas le handicap qui constitue l’obstacle majeur mais bien l’incapacité de l’environnement à pouvoir y répondre.

Le secteur artistique et culturel n’échappe bien entendu pas à cette exigence éthique, déontologique et démocratique. Pourtant, l’accès à l’art et à la culture reste profondément inégalitaire. Ainsi en Île-de-France, malgré des avancées remarquables ces dernières années, « moins de 5 % des offres culturelles semblent présenter une accessibilité complète » (rapport du Cemaforre paru en 2008).

Les questions qui se posent aux professionnels du secteur culturel et aux responsables des politiques publiques sont – il est vrai – nombreuses et complexes : Comment prendre en compte la diversité des handicaps ? Comment passer de réponses spécifiques à des propositions intégrées et inclusives? Comment intégrer sans tomber dans la normalisation et la négation de la singularité ? Comment sortir du registre caritatif et compassionnel - source d’une stigmatisation encore plus importante – pour prendre réellement en compte la créativité et les ressources alternatives que les personnes en situation de handicap peuvent mettre en œuvre? Quels partenariats, compétences et financements mobiliser pour la nécessaire adaptation des politiques et équipements culturels?

En s’appuyant sur l’expertise des organismes ressources et sur des retours d’expériences concrètes, cette rencontre se propose de mettre en débat ces questionnements et de dégager des pistes permettant d’imaginer la mise en œuvre d’actions et de politiques culturelles inclusives.

 Intervenants :
• Charles Gardou, professeur à l’Université Lumière Lyon 2, anthropologue, membre de l’Observatoire national de formation, de recherche et d’innovation sur le handicap (ONFRIH)
• Sandrine Sophys-Véret, chargée de mission Culture et Handicap au sein du ministère de la Culture et de la Communication
• André Fertier, président de Cemaforre (Centre national de ressources pour l’accessibilité des loisirs et de la culture) et du rassemblement national Eucrea France
• Pascal Parsat, directeur artistique et membre fondateur du Centre Ressources Théâtre Handicap
• Frédéric Le Du, responsable de l’association Accès Culture
• Hervé Guillon, urbaniste au sein d’Handigo, cabinet d’architectes spécialisé dans l’accessibilité
• Yselle Bazin, chargée des relations publiques au Théâtre 13
• Catherine Crespi, responsable du pôle accompagnement à l’accès de Musique Et Situations de Handicap (MESH)
• Delphine Demont, chorégraphe et fondatrice de la Compagnie Acajou
• Stéphane Judé, directeur administratif de l’International Visual Theatre (IVT)
• Olivier Couder, directeur artistique du Théâtre du Cristal 
• Jean-Joël Le Chapelain, directeur de l’Apostrophe – Scène nationale de Cergy Pontoise
Bruno Netter, comédien et fondateur de la Compagnie du troisième œil.

Télécharger le programme
Télécharger la synthèse

Année 2010

La transmission des œuvres chorégraphiques


19 octobre 2010 - Théâtre de Brétigny

Rencontres A Double Sens : Arts, interaction et participation


2 et 3 juillet 2010 - La Maison des Métallos, Paris

En 2010, Arcadi s’est associé — avec la Maison des métallos — à la volonté de l’association A Double Sens de mettre en place des temps de découverte, d’échanges et de débats sur les arts interactifs et participatifs. Deux demi-journées d’échanges, de réflexions et de débats ont été organisées, dont l’objectif était de découvrir des démarches artistiques originales et s’interroger ensemble sur leur sens, leurs objectifs et leurs implications esthétiques, sociales et politiques.

Aujourd’hui, de plus en plus d’artistes font bouger les lignes en fondant leur création sur la participation ou l’interaction, sollicitant pour cela des spectateurs, des habitants, des praticiens amateurs... Ces démarches artistiques restent encore relativement isolées et surtout peu valorisées, alors même qu’elles permettent à de nombreuses personnes de faire entendre leur voix et d’exercer leur créativité. Et le sens de ces démarches est encore rarement questionné. 

Du 18 avril au 29 juin 2010, cinq débats réunissant artistes, participants et public ont été organisés à la suite de représentations de spectacles interactifs ou participatifs, dans différents lieux franciliens. 

Télécharger les actes
Site de l’association A double sens

Décentralisation culturelle : nouveau chapitre ou fin de partie ?


26 mai 2010 - Comptoir général, Paris

Cinquante ans après la création du ministère de la Culture et au terme de trois décennies de décentralisation culturelle, bien des inquiétudes s’expriment au sujet de cette « ambition partagée » – avec plus ou moins de constance – entre l’État et les collectivités territoriales. Réforme territoriale en cours, révision générale des politiques publiques, asphyxie budgétaire de certaines collectivités… Le contexte actuel fait planer la menace d’une « recentralisation », ou tout au moins du retour à une forme de verticalité en matière de décision culturelle, alors que le développement des responsabilités locales avait fait émerger un modèle plus horizontal. Cette période cruciale offre l’occasion de faire le point sur la complexe articulation des compétences entre les puissances publiques, d’analyser les risques réels engendrés par les changements actuels et d’identifier quelques pistes pour penser à nouveaux frais le redéploiement des politiques culturelles. Face aux défis que celles-ci doivent affronter, peut-on imaginer la formulation d’un véritable contrat républicain, fondé sur un partenariat durable entre les différents niveaux d’administration mais aussi sur la prise en considération des initiatives de la société civile et des acteurs de terrain ?

Intervenants :
• Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique à l’Université Paris Ouest Nanterre
• Claude Bartolone, Président du Conseil général de Seine-Saint-Denis et initiateur de l’appel « La Culture en danger »
• Nicolas Roméas, fondateur et directeur de la revue Cassandre/Horschamp, qui a lancé en janvier l’appel « L’impossible absence »
• Olivier Marboeuf, directeur artistique de l’espace Khiasma (Les Lilas) et membre du Collectif Quatre-vingt-treize des représentants d’organisations membres du Cracc Île-de-France (Comité régional d’action pour la culture et la connaissance)
• Jacques Pornon, délégué régional du Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles)
• Claude Lechat, président de l’Asdac-IDF (Association des directeurs d’affaires culturelles d’Île-de-France)
un représentant de l’Ufisc (Union fédérale d’intervention des structures culturelles)

Modération: Arnaud Laporte, journaliste et producteur à France Culture

L’évaluation dans le secteur culturel : entre exigence démocratique et efficacité décisionnelle

Intercommunalités : quelle place pour la culture ?


14 janvier 2010 - Comptoir général, Paris 

Rencontre du cycle Valeurs communes Territoires communs. « Les trois quarts des EPCI (établissement public de coopération intercommunale) interviennent désormais dans le secteur culturel. Qu’ils s’en réclament, pour la plupart, ou qu’ils le fassent sans avoir opté pour la compétence légale, ils ont inscrit la culture sur leurs agendas. » 
Emmanuel Négrier, Philippe Teillet et Julien Préau, Intercommunalités : le temps de la culture. 

Alors que près de 95 % des communes françaises font aujourd’hui partie d’une intercommunalité, le cadre intercommunal est donc devenu incontournable dans le champ artistique et culturel même si les acteurs du secteur semblent parfois déroutés par l’apparente complexité de ce nouveau partenaire.

Certes la culture ne fait pas partie des priorités des intercommunalités : celles-ci l’abordent bien souvent par le biais d’autres problématiques (attractivité du territoire, développement économique, intégration sociale…) et les modes d’intervention sont variés et contrastés.

Pour autant, la culture a d’ores et déjà pris une place particulière au sein de ces institutions et la relative jeunesse de celles-ci laisse présager un potentiel de développement très important.

Intervenants :
• Emmanuel Négrier, directeur de recherche CNRS au Centre d’Études Politiques de l’Europe Latine (CEPEL – Université de Montpellier)
• Laure Brière, directrice du développement culturel, sportif et touristique au sein de la Communauté d’Agglomération Marne et Chantereine (77)
• Marie-Noèle Pistora-Bastien, directrice de l’Action Culturelle au sein de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines (78)
• Arnaud Belan, directeur général adjoint Cohésion territoriale et Solidarité au sein de la Communauté d’Agglomération de Mantes en Yvelines (78)
• Denis Declerck, directeur des Actions culturelles au sein de la Communauté d’Agglomération d’Evry-Centre Essonne (91)

Télécharger la synthèse de la rencontre

Année 2009

Culture et solidarité

Le 15 décembre 2009 au Comptoir général, Paris
Rencontre du cycle Valeurs communes, Territoires communs 

Discours politiques, économie sociale et solidaire, mouvements de lutte contre la précarité ou l’exclusion… La solidarité semble traverser notre société.  La solidarité au sein du secteur culturel n’est pas un fait nouveau : réseaux, fédérations, régime de l’intermittence fondé sur cette valeur qu’est la solidarité professionnelle, cohésion et lien social par le biais d’actions artistiques… Pour autant, au-delà de la stricte définition, la notion, largement utilisée, reste difficile à cerner. Surtout, elle pose de multiples questions quant à la manière dont elle sous-tend les actions ou les projets.

Intervenants :
• Marie-Claude Blais est philosophe, maître de conférences à l’université de Rouen.
• Macaq, Mouvement d’animations culturelles et artistiques de quartier
• Philippe Henry est maître de conférences, habilité à diriger des recherches, au département théâtre de l’université Paris 8 – Saint-Denis. Il est responsable de la thématique « Logiques économiques et sociales des arts de la scène » de l’Equipe d’accueil 1573 Scènes et savoirs.
• Sébastien Cornu est membre du conseil d’administration de l’UFISC, Union fédérale d’intervention des structures culturelles, et directeur de La Gare, lieu de diffusion à Coustellet (Vaucluse).
• La Gare est un lieu de diffusion et de pratique culturelle en milieu rural. Gérée par l’Association A.V.E.C (Animation Vauclusienne Educative et Culturelle) depuis 1996, elle œuvre pour la diffusion artistique, l’accompagnement à la création et les pratiques amateurs dans le domaine des musiques actuelles, du multimédia et des arts numériques.
• L’Ufisc (Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles)
• La Clef a été créée en 1984 lors de la transformation de la MJC de St Germain en association Loi 1901 à but non lucratif La CLEF (Culture, Loisirs Et Formation). Elle se donne pour mission d’être un lieu d’expérimentation et d’innovation sociale et culturelle, à l’écoute de la population et participant au développement local.
• 2R2C, De rue et de cirque,

Téléchargez la synthèse

Rencontre autour d’une expérience de mutualisation dans le secteur culturel : Mélange Karburant 3


12 novembre 2009 à l’Hôtel du département de Cergy

L’histoire de Mélange Karburant 3 débute en 2006 lorsque l’initiative de deux compagnies souhaitant s’organiser collectivement – L’ange Carasuelo et les Omérans – rencontre les réflexions portées par Arcadi et le Synavi en matière de mutualisation. Il faudra alors plus de deux ans, de nombreux partenaires, beaucoup de volontés et d’énergies communes pour que ces deux compagnies puissent procéder au choix de leur mode d’organisation, à savoir un groupement d’intérêt économique (GIE) baptisé MK3.

Cette rencontre proposait de retracer le parcours emprunté par les deux compagnies pour aboutir à la création de cette nouvelle entité. Cette expérience originale est une illustration du très actuel et complexe sujet de la mutualisation dans le secteur culturel. Il ne s’agit pas d’en tirer des solutions clefs en main – chaque projet devant être pris dans toute sa spécificité – mais plutôt de mettre en débat les principes préalables à toute expérience de mutualisation.

Intervenants :
• Frédéric Hocquard, directeur d’Arcadi
• Françoise Billot, directrice du pôle ressources, Arcadi
• Cécile Reverdy-Gaillard, directrice de l’Adiam Val-d’Oise
• Julien Rosemberg, chargé de mission théâtre, arts de la rue et arts du cirque, Adiam Val-d’Oise
• Benoît Lahoz, chargé du projet artistique de la compagnie L’ange Carasuelo
• Jacques Frot, chargé du projet artistique de la compagnie Les Omérans
• Béatrice Wisniewski, secrétaire du conseil d’administration de MK3
• Aurélie Vigné, membre du conseil d’administration de MK3
• Bertrand Chavaroche, administrateur-président de MK3
• Bruno Colin, directeur d’Opale
• Maïa Kanaan, membre du groupe de travail mutualisation du Synavi
• Samia Djitli, co-gérante de Notre Petite Entreprise
• Claire Goichot, chargée de mission DLA au Prisme 95

Télécharger la synthèse
➣ Présentation du GIE MK3