Arcadi

Actualités

Nouveaux projets aidés

Arts numériques

Sur plus de soixante-dix demandes déposées dans le cadre de l’aide à la création multimédia expérimentale (Acmé), sept projets seront soutenus.

Le comité d’étude pour cette première session de 2013 était composé de :

  • Benoît Montigné (enseignant et critique)
  • Carine Le Malet (programmatrice au Cube/Art 3000)
  • Marion Février (responsable de projet pour Futur en Seine)
  • Anne Roquigny (artiste et curatrice)
  • Anne-Marie Morice (directrice de Synesthésie)
  • Sandra Mulliez (directrice de Sam Art Project)
  • Anne Becker (responsable de production à l’Ircam)

Les Petites Mains (titre provisoire) de Gangpol & Mit (installations interactives jeune public)
Produit par l’Armada Production
Montant attribué : 8000 euros 

Gangpol & Mit mettent en chantier le projet Au travail !, un ensemble de sculptures multimédia, figuratives et interactives. Ces tables de travail, destinées plus particulièrement au jeune public, sont un développement technologique plus avancé des tables à dessin réalisées en 2011, aujourd’hui présentées de façon permanente à la Gaîté lyrique.
Toujours fondées sur l’emploi et la manipulation de matériaux simples et familiers par les enfants (papier, crayons et cartons), elles font appel cette fois-ci aux nouvelles technologies au moyen d’un système de capteurs de mécanismes ingénieux permettant d’articuler les réalisations artisanales des enfants avec divers éléments multimédia : projections vidéo, sons et musique électronique.


Interzone 
(titre provisoire) de Bertrand Planes, Benoît Simon et Limousine (concert audiovisuel)
Produit par l’Avant-Seine/Théâtre de Colombes
Montant attribué : 10000 euros

Interzone  est une collaboration tripartite associant une dimension visuelle et sensorielle à l’univers musical de Limousine. La création se présente comme un prolongement physique des ballades abstraites et poétiques auxquelles nous convient les musiciens à chacun de leur concert.
La musique et la mise en scène seront donc conçues comme un tout, visant à créer un espace-temps physique, immersif et poétique.
Limousine crée un répertoire de morceaux inédits libérés des contraintes musicales traditionnelles, qui se prêtera à une interaction permanente avec la mise en scène. Celle-ci dépasse l’espace scénique et investit entièrement l’espace de représentation par une série d’effets de sons, d’artifices et de jeux de lumières.
Pour ce principe de dépassement, les artistes Bertrand Planes et Benoît Simon emmènent leurs visions et leurs savoir-faire  dans une "virée" en voiture, un "road trip" initiatique mêlant mouvement, jeux optiques, sentiment de confort et de protection, ou au contraire d’angoisse et de perte de repères, de vertige de la vitesse, ou de répétition par la contemplation d’un environnement hypnotique.


The Blue-Ray (There)
de Pierre-Laurent Cassière
(installation)
Produit par la Maison des arts de Créteil
Montant attribué : 8000 euros

The Blue Ray est une œuvre de cinéma élargi conçue comme une machine destinée à lire les mouvements d’un nuage pour les transformer en son. La technique cinématographique historique du son optique est au cœur du dispositif, réactualisée par l’utilisation des dernières technologies en matière d’émission et réception de laser bleu.
Dans une pièce sombre, un nuage artificiel module l’intensité d’un rayon laser fixe. Celui-ci lit la brume et transforme ses variations de densité en un signal audio. Une fois filtré et amplifié, le son obtenu devient un bruit de basses fréquences puissant, synchronisé avec les mouvements de lumière le long du rayon.
Dans cette machine médiatique sans enregistrement, les phénomènes sonores et lumineux sont produits en direct à partir d’éléments immatériels (lumière, nuage) au gré des turbulences aléatoires du nuage de brume.


Infinity III
de Heewon Lee
(installation) - Produit par Bipolar
Montant attribué : 10000 euros

Infinity III est un projet d’installation vidéo. Troisième pièce d’un triptyque, une projection au mur et au sol met en scène des nuées de milliers d’oiseaux. Ces deux surfaces (mur/sol) offrent plusieurs jeux possibles de diffusion de l’image. Dans une scénographie épurée, la seule source de lumière étant celle de la projection, le spectateur peut s’avancer au milieu de ce ballet noise et animal qui se joue en plein ciel.
Le film est une boucle imperceptible de dix minutes environ, sans début ni fin.
Le montage vidéo est fait de cuts et de plans séquences ; les écrans passent du noir complet à l’invasion d’oiseaux. Le rythme peut passer d’un ralenti contemplatif à une accélération forte.


Isotropie de l’ellipse Tore
de Julien Clauss
(installation) - Produit par Seconde Nature
Montant attribué : 10000 euros

Isotropie de l’ellipse Tore est une sculpture destinée à être installée dans une église. Une structure en bois permet au public de s’adosser pour éprouver une composition sonore circulant dans l’église et la structure. Le dispositif produit un espace sculptural, qui conjugue la nature religieuse du lieu, la dimension monumentale de la structure et la dimension physique de l’expérience sonore.
Les mouvements du son structurent la composition qui se fait à la fois dans l’espace de l’église et sur le corps de l’auditeur. La répétition du cycle produit une composition sonore minimale. Elle concrétise la matière sonore, suggérant l’idée du cycle de l’eau, de condensation et d’évaporation. Après avoir rempli l’espace et atteint le sommet de la nef, le son décroît puis laisse place au silence, jusqu’à la chute suivante.
Le projet alterne résidence en milieu scientifique, expérimentation et création artistique, et résidences en milieu médical (laboratoire de neurobiologie de la cognition du CNRS et de l’université Aix-Marseille, et dans le cadre d’une résidence à l’Imera, Institut d’études avancées d’Aix-Marseille).


Transposition
(titre provisoire) de Cristobàl Mendoza et Annica Cuppetelli (installation interactive)
Commande aux auteurs
Montant attribué : 10000 euros

Transposition est l’aboutissement d’un projet à long terme d’une œuvre d’art optique et interactive par un duo américain de la ville de Détroit : Annica Cupetelli et Cristobàl Mendoza. Née du projet d’ensemble intitulé Notional Field, cette version apportera une dimension sonore à l’œuvre visuelle et interactive.
Une projection vidéo sur une grille physique crée un moirage ; le mouvement du spectateur entraîne le mouvement de la vidéo sur cette sculpture géométrique ainsi qu’une perte de repères spatiaux, et un sentiment d’amalgame entre l’abstraction géométrique et la réalité.
L’apport de l’artiste sonore Peter Segestrom catalyse l’œuvre ; il confirme sa dimension physique et sensorielle par une spatialisation sonore réactive au mouvement produit autour de la composition.


Tempest
de Franck Vigroux et Antoine Schmitt
(performance audiovisuelle)
Produite par Bruits Blancs
Montant attribué : 5000 euros

Au sein de la soupe primitive sur Terre, les molécules indistinctes se sont regroupées en bactéries pour devenir vie, animaux, humains! Tempest recrée le bruit et la fureur de ces maelstroms originels pour y rechercher la source de la forme, et d’autres formes. La performance est intense, intégrant images et musique dans une composition dont les logiques sont transcendées par l’impact.