Arcadi

Actualités

Frédéric Hocquard, directeur d’Arcadi : “Je n’ai aucune visibilité sur 2017”

Interviewé par AvignonPro sur la situation d’Arcadi, Frédéric Hocquard revient sur l’absence d’informations de la part de la Région.

« Habituellement, lors du Festival Avignon, on “m’engueule” ou on me remercie car c’est le moment où Arcadi indique aux compagnies quelles aides seront attribuées l’année suivante. Cette année, ce n’est pas le cas. Je suis en effet dans l’impossibilité d’annoncer quoi que ce soit car je n’ai aucune visibilité sur le budget qui nous sera affecté en 2017 », déclare Frédéric Hocquard, directeur d’Arcadi depuis mai 2008, à AvignonPro le 12 juillet 2016.

Créé en 2003, l’établissement public de coopération culturelle soutient la création artistique en Île-de-France, dans les domaines des arts de la scène (chanson, danse, théâtre et opéra) et des arts numériques. Il apporte une aide à la production aux porteurs de projets et soutient la diffusion en encourageant la mobilité des œuvres artistiques et leur exploitation à long terme en Île-de-France. « Nous n’avons de la Région Île-de-France aucune indication ni sur le budget ni sur les éventuelles missions qui seront internalisées. Y aura-t-il par exemple une aide à la production dans le théâtre en 2017 ? Je n’en sais rien », ajoute Frédéric Hocquard.

« Nous avons réalisé une étude en interne sur 131 projets accompagnés par Arcadi en 2015. Nous avons ainsi constaté qu’Arcadi était le premier financeur public et que 68% des crédits redistribués allaient dans la masse salariale. Le montant de nos aides représente en moyenne 23 % du budget des projets aidés, dont 26 % en théâtre, 91 % en chanson, 41 % en opéra et 21 % en danse. Sur la diffusion en Île-de-France, nous sommes sur 23 % du coût plateau en moyenne, dont 20 % en théâtre, 52 % en opéra, 30 % en chanson et 43 % en danse. Dans la chaîne de production, Arcadi se trouve à un endroit bien particulier. Les projets sur lesquels nous intervenons génèrent 420 000 heures de travail », ajoute le directeur de l’EPCC. « Nous ne disposons plus de fonds de roulement. En 2015, il était de
500 000 euros. Il est passé à 300 000 euros fin 2015 et nous devrions finir l’année à seulement 40 ou 50 000 euros… Sur un budget à 6 millions d’euros, notre fonds de roulement devrait être au moins de 300 000″, conclut Frédéric Hocquard.

Source : Avignon pro