Arcadi

Actualités

Une histoire vraie

Du Mali à Morsang-sur-Orge, de la rue à la danse, de l’école chorégraphique aux lycées, une histoire vraie de transmission et de partage au cœur de l’Essonne racontée par Stéphanie Masson, médiatrice culturelle.

 

L’histoire commence dans une bourgade de campagne, à 650 km au Nord de Bamako, capitale du Mali. L’enfant s’appelle Solo (Souleymane Sanogo). Il a quinze ans. Un jour, il fuit à Bamako pour y trouver la liberté, une vie meilleure peut-être… Mais ce ne sont que nuits à la belle étoile et rapines en bandes, voyages clandestins vers le Sénégal… Et puis, il rencontre une femme qui fait danser les enfants des rues. Danser pour être danseur, Solo ne sait pas ce que c’est - or la danse le saisit. Quelques années plus tard, remarqué par P.A.R.T.S., l’école chorégraphique belge fondée par Anne Teresa de Keersmaeker, une des formations les plus sélectives au monde, l’enfant devenu un jeune homme explore son art.

L’histoire se continue dans deux lycées de France.


Ajourd’hui, grâce à une belle coopération avec le Théâtre de l’Arlequin de Morsang-sur-Orge, Solo propose des ateliers de danse contemporaine conduits avec le chorégraphe Tidiani Ndiaye autour de la création de sa pièce La Danse ou le chaos, plus précisément, sur le thème « Un tournant dans ma vie ». Les élèves sont invités à chercher et raconter « un tournant » qui leur est propre ; une bifurcation où chaque récit est exprimé sous forme d’images vidéo et de gestes chorégraphiques donnant au final une représentation sensible - celle des élèves, puis celle de Solo.

En effet, après avoir collaboré à la mise en place de ce travail avec des élèves de filière électro-technique du lycée Ampère de Morsang-surOrge, en septembre dernier, la chose était pour moi évidente : il fallait donner à d’autres la chance de cette rencontre, liant également de cette manière deux lycées d’un même territoire à travers une action artistique riche de sens.

Ainsi, après le lycée Ampère, l’étonnant miracle se produira de nouveau en février prochain avec des élèves de seconde du lycée Pagnol d’Athis-Mons. On verra des lycéens naître à la danse contemporaine sur le socle d’une transmission, d’une discipline et d’une profonde création de soi.

Une histoire vraie, que l’on ne cesse de vouloir poursuivre, parce qu’elle est profondément juste et nécessaire. Une histoire de danseurs.

 

Stéphanie Masson