Arcadi

Actualités

« Les femmes au cœur de la création », un projet protéiforme et … évolutif !

Au printemps dernier, une enseignante de lettres-histoire du lycée Jean Monnet de Juvisy a sollicitée Pauline Claude, médiatrice culturelle, pour imaginer un projet autour de l’égalité hommes/femmes pour une classe de Seconde Bac pro des Métiers de la mode, thématique souvent travaillée en lycée professionnel dont de nombreuses filières sont – encore – très genrées.

Le travail de veille culturelle de l’offre locale comme régionale a amenée Pauline à proposer plusieurs types de ressources pour nourrir ce projet. Différentes actions ont été organisées avant la rentrée scolaire, mais dans la vie d’un projet, entre le point de départ et sa réalisation concrète, il y a un long cheminement parfois semé d’embûches…

Un projet rassemblant des ressources diverses au service d’une même thématique

À partir de l’envie de départ de l’enseignante d’aborder la question de l’égalité hommes/femmes, j’ai cherché et rassemblé différentes ressources ou propositions en rapport avec ce thème, que ce soit dans les programmations artistiques de structures du territoire ou celles d’institutions parisiennes ou encore dans des programmes d’actions culturelles ciblant le public scolaire.

Au fil de mes recherches et de nos discussions avec l’enseignante et la documentaliste, l’idée du projet « les femmes au cœur de la création » est née. Il s’agissait de proposer à ces élèves (majoritairement des filles) de s’interroger sur la place des femmes dans les domaines de la création (mode et arts) en tant que sujet mais aussi en tant que créatrices et de leur présenter des figures de femmes engagées dans la lutte pour l’égalité.

Les éditions du Portrait proposait justement d’intervenir dans les lycées pour mettre en valeur des femmes engagées dans ce combat, favoriser la réflexion des élèves sur la condition de la femme et les inviter à un exercice créatif de réalisation d’un portrait de femme. À l’issue de trois rencontres avec la directrice, chaque élève aura donc réalisé son "portrait d’héroïnes" consacré à une proche ou une femme célèbre.

 

Autour de ces séances, j’ai proposé deux sorties : l’une à Paris au Musée des Arts décoratifs et l’autre à la Médiathèque de Juvisy, partenaire régulier du lycée. En effet, deux événements de ces structures m’ont semblé faire écho à la réflexion engagée sur la place des femmes dans la création. Les lycéens ont ainsi pu visiter l’exposition "travaux de dames" au musée des arts décoratifs en septembre. Celle-ci mettait à l’honneur des femmes ayant œuvré dans divers domaines de la création et s’étant émancipées de ces « travaux de dames » pour s’affirmer comme créatrices. À la médiathèque, c’est une exposition tout à fait différente que les élèves ont pu découvrir puisqu’il s’agissait de planches de la BD Crocodile de Thomas Mathieu relatant et dénonçant les agressions et harcèlement de rue subis par les femmes.

Un projet qui évolue au fil du temps et a su s’adapter aux aléas

Si ce programme s’est défini progressivement au printemps pour se fixer dans les grandes lignes avant les vacances d’été, le projet a dû évoluer au fil du temps.

Tout d’abord, le projet partait de l’envie d’une enseignante pour une de ses classes mais il a séduit un de ses collègues et il s’est donc décliné pour une seconde classe.

Puis, à la rentrée de septembre, la documentaliste m’a informée que l’enseignante à l’origine du projet n’était plus dans l’établissement. Nous y avons donc associé son remplaçant.

Des questions d’emploi du temps et de changement d’organisation se sont, par ailleurs, posées au moment de de planifier les dates avec les intervenantes. À ce jour, elles sont toutes programmées pour les deux classes.

Quant à la restitution de ces travaux, si le principe d’une exposition des « portraits » réalisés par les élèves a été posé, les modalités restent encore à préciser. En effet, outre la direction du lycée, plusieurs partenaires s’y impliquent et il s’agira de trouver une forme et un calendrier convenant à tous.  

Monter un projet artistique et culturel en lycée nécessite organisation et anticipation pour caler les sorties et interventions dans un calendrier scolaire contraignant mais demande aussi une réelle capacité d’adaptation, d’imagination pour ajuster ou réajuster au fil de temps et des événements. 


Pauline Claude