Arcadi

Actualités

Préserver les mémoires pour lutter contre les préjugés

L’équipe des médiateurs culturels d’Arcadi est régulièrement sollicitées par les équipes pédagogiques afin de travailler autour de la question des préjugés. Cette thématique peut être travaillée de différentes manières, toujours en partant du contexte spécifique. Laura Tanniou a exploré le sujet au lycée Virginia Henderson d’Arnouville.

Un projet autour de la population arménienne

Avec les enseignants du lycée Virginia Henderson, nous avons choisi de partir de l’observation du territoire. Les villes d’Arnouville et de Gonesse sont des territoires d’immigration de la population arménienne depuis 1915, période du génocide. Travailler autour de la notion selon laquelle les préjugés amènent au racisme a été au centre de ce projet.

Depuis début octobre, les élèves ont commencé à travailler, lors d’ateliers au mémorial de la Shoah, au musée de l’homme et avec l’association Ethnoart, sur la question des préjugés et la manière dont ils se construisent. En parallèle, ils ont mené des enquêtes sur le territoire d’Arnouville et Gonesse, en utilisant des archives existantes et l’outil Internet. Ce travail est le  préalable à la réalisation d’un documentaire photographique composé de témoignages d’habitants.

Les lycéens seront ensuite répartis en groupes pour affiner leurs recherches. Ils devront préparer les questions qu’ils poseront aux habitants, questions qui toucheront aux différents thèmes de la vie quotidienne  : la famille, les naissances, les fêtes religieuses, la nourriture, le vêtement... L’objectif étant de recueillir les mémoires des habitants et d’observer la présence de la culture arménienne dans l’espace public de la ville, et privé de la  communauté.

Une photographe au cœur du projet

À mon arrivée au lycée, l’une des orientations était de travailler sur la valorisation des lycéens et de leur travail. Lorsque les enseignants m’ont sollicité pour mettre en place des actions avec leur classe sur le thème des préjugés, j’ai proposé d’y travailler au travers de la photographie. Passeurs d’images en Île-de-France m’a mis en lien avec la photographe Célia Pernot qui accompagnera les élèves à la réalisation d’interviews et de photographies tout au long du projet.

J’ai été mobilisée sur l’accompagnement à la réalisation du projet avec Célia (mise en lien des différents interlocuteurs, recherche de financements, organisation logistique) et la réflexion sur la meilleure approche à adopter pour intéresser les élèves. J’ai fait en sorte de faciliter le lien entre la photopgraphe, les enseignants et les lycéens.

Célia Pernot raconte dans une interview son expérience au sein du lycée :


Ce projet sur la question des préjugés ouvrira donc plusieurs axes  :
• Faire découvrir aux lycéens leur territoire et son histoire, au travers des interviews avec les habitants, commerçants, responsables d’association et de lieux de culte ;
• Développer un partenariat avec le service culturel des mairie d’Arnouville et Gonesse ;
• Valoriser les élèves grâce à l’exposition de leur travail. Le documentaire photographique sera exposé dans le lycée et éventuellement dans une salle de la mairie. De plus, un journal des productions des lycéens sera réalisé et distribué aux différents partenaires.


Il reste maintenant à attendre le démarrage des interviews, dont les premières sont prévues en ce début février !