Arcadi

Actualités

Exposition Telegraph(s) de Julie Ramage, Marina Ledrein et Alex Augier

Du 7 mars au 7 avril 2018, Chambre des métiers et de l’artisanat de l’Essonne

Une exposition réalisée dans le cadre de Siana et de la Biennale Némo en collaboration avec la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogi. Soumis au contrôle des échanges téléphoniques et à l’interdiction des connexions Internet, l’espace carcéral constitue une zone blanche ancrée au cœur du tissu urbain. Contournant ce fonctionnement, les personnes détenues construisent une série d’outils permettant de transporter objets et messages au sein de l’architecture carcérale.

Ses outils ce sont les « yoyos », permettant de « brancher » deux cellules, de « se connecter », de s’envoyer des missives soigneusement pliées, « substituts des sms », aussi appelées « fax ».

Un tel réseau constitue le pendant artisanal, mécanique, de l’intranet, générant un vocabulaire flottant, transmis d’établissement en établissement, qui pose la question de la frontière entre information privée et information publique, de l’interception des flux d’information, des réseaux de communication clandestins du monde contemporain.


Informations pratiques
Chambre des métiers et de l’artisanat de l’Essonne
31 cours Blaise Pascal, 91000 Évry
RER D : Évry-Courcouronnes
Situer sur Google Maps 

Du 7 mars au 7 avril 2018 (Vernissage le 7 mars 2018 à 18h)
Du mercredi ou samedi de 13h à 18h
Entrée libre
Pour plus d’informations et pour les réservations de groupe : publics©siana.eu
01 69 36 73 91 / 01 69 36 74 36
www.siana.eu

 

Ce projet a été mené en collaboration avec la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis et le CENTQUATRE-Paris, produit par le Service pénitentiaire d’insertion et de probation de l’Essonne, la Fondation Un monde par tous, la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris et Arcadi Île-de-France. Il est présenté dans le cadre de Némo, Biennale internationale des arts numériques – Paris/Île-de-France en partenariat avec Siana, dans le cadre de Shape.
Avec le soutien de la Drac – ministère de la Culture et de la Communication.
Les activités culturelles en établissement pénitentiaire : les personnes détenues, bien que privées de liberté, font partie intégrante de notre société. Entretenir ce lien avec le monde extérieur, voire le renforcer, fait partie des missions de prévention de la récidive et de réinsertion confiées à l’administration pénitentiaire.
La programmation d’actions culturelles en milieu carcéral revêt, de ce point de vue, une importance particulière au sens où l’art et la culture incitent à l’ouverture à soi-même et aux autres, créent des espaces de dialogue et enseignent à douter tout en donnant des clefs de compréhension du monde.