Arcadi

Actualités

Des nouveaux horizons sur un même territoire

Au printemps dernier, deux enseignantes de lettres et histoires du lycée La Tournelle à La Garenne-Colombes (92) ont demandé à Carolina Contreras-salvo, méditrice culturelle, de les accompagner pour concevoir un projet en lien avec les structures culturelles du territoire.

Elles souhaitaient toutes les deux que la pratique artistique théâtrale pousse les élèves à élargir leurs horizons, à pratiquer l’oral, à prendre confiance en soi et à parrendre à être spectateur. Mais elles avaient également des attentes spécifiques : pour l’une c’est l’ouverture culturelle et montrer qu’un lieu culturel peut être une option de débouché professionnel pour les lycéens ; pour l’autre c’est faire travailler les élèves de Gestion Administration sur le thème de l’immigration.

Le travail de Carolina ? Rechercher er rencontrer les structures culturelles du territoire, susceptibles d’êtres partenaires sur ces projets.

Une rencontre avec le Théâtre des Amandiers et la valorisation d’une filière

Pour l’enseignante Audrey Garcia, travailler avec un Centre dramatique national qui compte deux salles de spectacle, des ateliers de construction et une forte implantation dans le territoire, allait donner plusieurs possibilités. Tout d’abourd celle de proposer aux élèves l’expérience de la pratique artistique et de spectateurs puisqu’ils assisteront à quatre représentations sur la saison 2017/18.

Dans le cadre de ce projet la classe travaille avec Léo Gobin, comédien qui partage son approche théâtrale à travers les arts plastiques. Une approche singulière qui montre aux élèves que le point de départ d’une création théâtrale n’est pas forcément un texte dramatique mais parfois un tableau ou une photo.

L’objectif d’un tel projet est également de montrer à la classe que le théâtre, en tant que lieu, est un bâtiment avec des enjeux de sécurité. La filière seconde Sen (Systèmes électroniques numériques) se divise en deuxième année en Risc (réseaux informatiques et systèmes communicants) et SSIHT (Sureté et sécurité des infrastructures, de l’habitat et du tertiaire). Les élèves de SSIHT ont souvent l’impression de ne pas avoir choisi cette formation, de la subir sans en voir les débouchés. En visitant le bâtiment et en rencontrant les professionnels du théâtre, les élèves peuvent élargir leurs perspectives professionnelles.

Être au plus près des enseignants, des élèves et de l’offre culturelle du territoire

M. Boumghar, avec ses collègues du secteur professionnel tertiaire du lycée, ont cherché à développer un projet où les élèves seraient amenés à s’engager autour d’un sujet d’actualité. La proposition de la Compagnie Le temps de vivre basée à Colombes, autour de son dernier spectacle Rivages a trouvé un écho dans l’équipe.La pièce pose la question de la crise de la migration en Méditerranée et comment celle-ci est traitée par les médias.

Les enseignants se sont emparés de la question dans leurs cours, dans le lycée mais aussi en dehors grâce à la participation de plusieurs structures culturelles sur le territoire.

Les lycéens ont pu s’essayer au théâtre durant un stage d’une semaine avec Rachid Akbal, directeur de la compagnie et assister à la représentation du spectacle Rivages au théâtre de l’Avant-Seine le 14 février dernier. Autour de cette présentation s’est également construit un parcours thématique avec le cinéma L’Hélios à Colombes et le Musée de la Marine.

Au lycée les élèves ont rencontré le photo-journaliste Olivier Jobart autour de son travail Kingsley, source d’inspiration pour l’artiste Rachid Akbal, et ont découvert au CDI l’exposition Frontières du Musée de Immigration.

Pendant la semaine d’immersion théâtrale, qui aura leu au mois de mai, les classes impliquées dans le projet s’empareront du hall du lycée afin de restituer tous les travaux réalisés au cours de l’année sur la question de l’exil et l’immigration.

 

 

Ces deux projets ont permis d’établir des liens avec les structures présentes sur le territoire, rendre les projets plus cohérents et ambitieux et montrer tant aux élèves qu’aux enseignants que l’horizon du lycée peut être plus large.

Carolina Contreras-Salvo