Arcadi

Actualités

« Madame, quand est-ce qu’on refait du théâtre ? »

Les élèves de la filière Installateur thermique du lycée Hector Guimard (Paris) et leur enseignante de Lettres ont participé à des ateliers d’improvisation avec la compagnie de théâtre Dixon. Une manière pour les lycéens d’apprendre à travailler en groupe et à prendre confiance en eux pour leur future vie professionnelle.

Le théâtre d’improvisation comme source de jeu pour donner confiance

De novembre à décembre, les lycéens ont découvert cette discipline qu’ils connaissaient un peu via des humoristes qui utilisent des techniques d’improvisation. Les deux comédiennes de la compagnie Dixon ont fait découvrir cette discipline aux élèves, tout d’abord par le biais du jeu. La volonté de l’enseignante était que les élèves puissent prendre plaisir tout en apprenant à travailler ensemble. Développer la cohésion de groupe s’est fait progressivement tout d’abord par des exercices de concentration puis des exercices de groupe en mouvement dans la salle (marche au son des claquements de main ou des chiffres énoncés, décompte, pantin, guide d’un aveugle, sculpture, marionnette) qui ont permis une réelle écoute et ont mis à l’épreuve la confiance en l’autre.

Le théâtre d’improvisation comme source de jeu pour apprendre à travailler ensemble

Au lycée Hector Guimard, lycée des métiers du bâtiment et de l’architecture, les élèves ont des périodes de stage en entreprise. Ces ateliers d’improvisation, avant leur période de stage ont permis à certains élèves d’y aller avec plus de confiance en eux. Les élèves non francophones ont appris, de manière ludique, de nouveaux mots et une manière d’apprendre à se positionner. Lors du premier cours, ils avaient tendance à s’isoler, n’osant pas prendre la parole devant les autres. Après quelques cours, ils ont pu se sentir assez à l’aise vis-à-vis des autres élèves pour trouver leur place et lâcher prise. En effet, chacun a appris à développer l’écoute de l’autre afin de travailler ensemble.

Le théâtre d’improvisation comme source de jeu permettant d’exprimer ses ressentis

Au commencement, certains élèves étaient curieux, certains timides, d’autres réfractaires. Malgré ces appréhensions, ils ont tous participé chacun à leur manière. À la fin des ateliers, plusieurs élèves ont pu exprimer leur ressenti, avec pudeur. Plusieurs mots en sont ressorti comme : « difficulté », « plaisir », « jeux », « apprendre à se connaitre », l’engagement », « se surpasser », « émotion », «  respect », « être capable »…

L’enseignante observe qu’un vrai lien s’est créé entre certains élèves, dans cet environnent intime qu’ont été les séances d’improvisation. Elles auront également permis d’apprendre à désamorcer des conflits et à apprendre à se positionner dans leur vie professionnelle (notion d’écoute, de respect). Elle dira également : « Nous avons vraiment vécu de beaux moments, je pense par exemple au travail en musique et plus particulièrement au travail du masque. Là encore, ce travail muet s’est révélé très libérateur pour les élèves non francophones bridés parfois par leurs difficultés d’expression. »

Forte de cette expérience, l’enseignante a souhaité poursuivre l’aventure. Nous sommes actuellement en train de développer un projet avec cette même compagnie autour de l’improvisation contée, l’idée étant d’amener les élèves à développer l’oralité.


Laura Tanniou