Arcadi

Actualités

Les Cléa : une opportunité pour les lycées

Les Cléa (Contrats locaux d’éducation Artistique) sont un exemple en termes de coopération entre l’État et les collectivités en matière d’action culturelle territoriale. Ils donnent la part belle à la pratique et l’expérience sensible pour une grande variété de publics, favorisant à la fois leur mixité et leur mobilité. Un dispositif souvent mis en oeuvre au sein des lycées accompagnés par la mission Médiateur culturel d’Arcadi.

Lorsqu’un Cléa est organisé sur un territoire donné, les lycées qui y sont implantés peuvent s’y associer pour bénéficier d’actions et nourrir leurs projets culturels. Les médiateurs culturels, grâce à leur connaissance et leurs liens avec les acteurs culturels et les collectivités, sont bien souvent le point d’entrée pour les collectivités dans les établissements scolaires où ils peuvent diffuser l’information et aider les équipes à saisir cette opportunité.

Un outil au service d’une vitalité culturelle des territoires

Le Cléa, dispositif partenarial entre la Drac Île-de-France, les Rectorats et les collectivités territoriales, permet des résidences-missions pour une ou plusieurs équipes artistiques sur le territoire concerné (ville, communauté d’agglomération,…).

Il est un outil au service de la démocratisation culturelle : il favorise la pratique artistique, la rencontre avec des artistes, et une approche du processus de création.

L’ancrage sur le territoire, le temps d’une année, permet un premier temps d’appropriation pour les différents partenaires afin de construire finement le projet avec les artistes avant la période de mise en œuvre.

La variété des groupes ou publics ciblés ainsi que l’implication de divers partenaires sur le territoire entend également favoriser la mixité de ces publics ainsi que la mobilité entre différentes structures.  

Un outil souple pour une grande variété de mise en œuvre

 

Dans le Val-De-Marne

À Créteil, c’est la municipalité qui porte le contrat pour la 4ème année consécutive avec deux équipes artistiques retenues, chacune accompagnée par une structure culturelle du territoire.
Toutes les actions du Cléa sont gratuites et s’adressent prioritairement aux quartiers "Politiques de la Ville" et au public jeune par le biais de divers acteurs (établissements scolaires, maisons de quartier, IME,…). L’accent est mis sur la pratique artistique et l’échange avec les artistes dans une démarche qui se revendique de la défense des droits culturels.
Au lycée Gutenberg une classe va ainsi travailler avec le chorégraphe Bouziane Bouteldja de la Compagnie de dans6T, soutenu par Arcadi, en abordant des questions sociétales par le prisme de la danse.

Dans les Yvelines

Sur le vaste territoire de la communauté urbaine du Grand Paris Seine et Oise, dans les Yvelines, le Cléa est envisagé comme un outil dédié à la réduction des inégalités d’accès à la culture sur l’espace de vie commun, au service des espaces ruraux et des espaces urbains.
Chaque année, quatre résidences sont organisées sur l’ensemble du territoire pour un public très large. Elles permettent au public, venant d’horizons différents, de comprendre le processus de création. Par ailleurs, dans un cadre et format communs, chaque groupe peut construire son projet singulier avec les artistes.
Cette année encore, deux établissements de la mission Médiateur culturel d’Arcadi (le lycée Simone Weil à Conflans Sainte-Honorine et le lycée Van Gogh à Aubergenville) auront la chance d’intégrer cette proposition qui cependant reste payante pour les participants.

Dans les Hauts-de-Seine

À Colombes et Nanterre, les deux villes se sont rassemblées avec le soutien du Conseil départemental. Ce Cléa compte deux résidences par communes comprenant création, ateliers de pratique artistique et rencontres avec les usagers du territoire (crèches, établissements scolaires, médiathèques, EPHAD...).
Chaque artiste est rattaché à une structure culturelle et imagine des actions sur-mesure pour les publics, en lien avec sa démarche artistique.
Dans ce cadre, le lycée polyvalent Anatole France de Colombes va travailler avec Roxane Borujerdi et le réseau de médiathèques sur des paysages sonores et des affiches sérigraphiées. Une opprtunité, pour ces adolescents, de s’exprimer sur leur perception et leurs usages de la ville, les invitant par là-même à mieux la connaître, certains ne côtoyant que les abords du lycée.

 

Ces contrats locaux sont donc l’occasion pour les lycées de créer et de renforcer les liens avec des acteurs culturels de leur territoire. Ils bénéficient, par là même, d’actions de qualité autour de thématiques qui répondent à leurs préoccupations, le tout avec une souplesse dans la construction du projet.