Albert de Monaco, faux-bond de Charlène encore fragilisée à Dubaï, Stéphanie de Monaco à la rescousse

Bien qu’elle est de retour sur le Rocher, la princesse Charlène de Monaco serait encore fragilisée.

Albert de Monaco, faux-bond de Charlène encore fragilisée à Dubaï, Stéphanie de Monaco à la rescousse
© Dana Press / Bestimage - POOL

Encore fragilisée par les multiples opérations et les conséquences de sa pathologie, Charlène de Monaco n’a pas pu accompagner le Prince Albert II à Dubaï. Pour cela, elle a été remplacée au pied levé par sa belle-sœur, Stéphanie de Monaco.

Stéphanie de Monaco à la rescousse de sa belle-sœur

Si Charlène de Monaco est de retour sur le Rocher, elle est encore fragilisée. Ainsi, elle n’a pas pu accompagner son époux, le Prince Albert de Monaco à Dubaï. Pour cela, elle a été remplacée par sa belle-sœur, Stéphanie de Monaco. Durant ce voyage officiel, cette dernière a été accompagnée par ses enfants qui n’ont pas manqué de le faire savoir sur la Toile. Cependant, ils n’ont participé à aucune activité protocolaire.

Rappelons qu’au début de novembre, le magazine Voici avait confirmé que le Prince Albert de Monaco devrait retrouver son épouse, Charlène, encore bloquée en Afrique du Sud, pour l’Exposition universelle de Dubaï. Cette dernière a débuté le 1er octobre 2021. Malheureusement, cette information relayée par le tabloïd ne s’est pas affirmée. En cause, la fragilité de la maman de Jacques et Gabriella.

Charlène de Monaco, un état de santé inquiétant?

Il y a quelques jours, Charlène de Monaco était enfin de retour sur le Rocher après une longue absence. Ainsi, le magazine Voici a consacré un dossier sur la princesse dans son numéro du 12 novembre dernier. Durant laquelle, l’hebdomadaire s’est inquiété sur son état de santé. Vraisemblablement, la première dame du Rocher serait encore très vulnérable. Une source proche du palais avait confié : « Elle est sevrée depuis sept semaines. Mais, elle est assez fébrile à l’idée de devoir affronter la vie qu’elle a voulu fuir, avec son cortège d’obligations et de pressions ».

En réalité, Charlène de Monaco serait stressée et surtout terrifiée à l’approche du 19 novembre, la fête nationale de Monaco. Vraisemblablement, elle n’aurait jamais aimé cet événement qui est très important pour les Monégasques. En tout cas, étant l’épouse du souverain, elle est contrainte d’y participer.

Benoit Mandin

Rédacteur Web depuis plusieurs années, aucune information ne m’échappe. Un vrai féru de la lecture et de nature très curieuse, je me ferai le plaisir de vous informer de toutes les dernières nouvelles.