Albert de Monaco, malaise avec Charlène « cachée » à Dubaï, une séance photo tourne au fiasco

À son retour sur le Rocher, Charlène de Monaco a refusé d’enlever son masque. Découvrez la raison.

Albert de Monaco, malaise avec Charlène « cachée » à Dubaï, une séance photo tourne au fiasco
© SIPA

Lors de son retour sur le Rocher, Charlène de Monaco a refusé d’enlever son masque. De quoi mettre mal à l’aise Albert de Monaco. La véritable raison de ce comportement de la princesse vient d’être dévoilée.

Un comportement qui intrigue

Le 8 novembre dernier, Charlène de Monaco était de retour sur le Rocher après avoir passé 8 mois de convalescence en Afrique du Sud. Bien évidemment, après une longue absence de la princesse dans la Principauté, « les photographes du Palais voulaient immortaliser des retrouvailles idylliques avec Albert et les enfants ». Cependant, elle aurait refusé d’enlever son masque et cela malgré la pression du Prince Albert de Monaco.

Mais, outre le fait d’avoir refusé d’ôter son masque le temps d’une photo, Charlène de Monaco ne portait pas non plus son alliance. Un détail qui n’est pas passé inaperçu. Pour sa part, le magazine Voici n’a pas manqué d’évoquer ce sujet dans l’une de ses parutions. Le magazine a en effet qualifié ce geste de Charlène de Monaco comme un « fiasco ».

Charlène de Monaco défigurée par une chirurgie esthétique?

Aujourd’hui, la véritable raison pour laquelle la maman de Jacques et Gabriella n’a pas enlevé son masque à son retour sur le Rocher a été précisée. Dans un article publié par le magazine Lecturas, Pilar Eyre, une journaliste espagnole, avait précisé cette raison. Selon elle, Charlène de Monaco portait un masque pour cacher les séquelles d’une opération de lifting ratée à Dubaï. La journaliste précise que la quadragénaire aurait été défigurée par cette chirurgie plastique.

Des propos qui ont été démentis d’un revers de main par le Prince Albert de Monaco. Lors d’une récente interview accordée à Paris Match, le souverain a ainsi rassuré : « Je sais que les rumeurs sont là. Alors, laissez-moi être clair : il ne s’agit pas de la Covid. Ce n’est pas non plus lié à un cancer. Ça ne concerne pas non plus au problème relationnel. Et tant qu’on y est, je le dis aussi : ça n’a rien à voir avec de la chirurgie esthétique».

Roland GRANSART

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.