Albert de Monaco, scandale de pédophilie, un exil pour protéger Charlène

Si Albert de Monaco a accepté que Charlène de Monaco trouve refuge en Corse, c’est pour la protéger d’un scandale s*xuel. On vous donne tous les détails de cette sombre affaire.

Albert de Monaco, scandale de pédophilie, un exil pour protéger Charlène
© DAPD/Lionel Cironneau
publicité

Énorme scandale sur le Rocher. La princesse Charlène de Monaco a été liée, malgré elle, à un scandale de pédophilie. Pourtant, elle n’est pas encore complètement remise de ses soucis de santé.

publicité

Un exil pour mieux la protéger

Il y a quelques semaines, Charlène de Monaco a fait son retour sur le Rocher. Sauf que depuis quelques jours, des rumeurs prétendent que l’épouse du prince Albert de Monaco a déjà quitté le pays. Si tout le monde pensait qu’elle était à Berne en Suisse pour des suivis de santé, il n’en est rien.

Selon le magazine Bild, la maman de Jacques et Gabriella serait en exil en Corse. Effectivement, elle serait tombée sous le charme du pays, qui lui rappelle l’Afrique du Sud, son pays d’origine, d’après ses confidences dans les colonnes de Point de Vue.

publicité

En effet, Charlène de Monaco a quitté le Rocher d’un accord en commun avec le prince Albert de Monaco. Ce dernier qui lui laisserait une grande liberté avant de retrouver ses engagements et sa famille.

Cependant, ce serait également une manière pour le souverain monégasque de protéger son épouse des polémiques. Parmi elles, on peut citer celle ébruitée par le magazine Public qui évoquait en mars dernier un scandale sexuel. Ce scandale de pédophilie impliquait un aumônier dans un collège, « mis à la disposition de la fondation » de Charlène de Monaco en 2015.

Charlène de Monaco au cœur d’un scandale de pédophilie

L’homme en question, William McCandless, serait recherché par la justice américaine pour actes de pédophilies sur des enfants âgés de 18 mois à 12 ans. Dans le cadre d’une enquête sur cette affaire de pédophilie menée par le très sérieux Philadelphia Inquirer, il a été décrit comme « l’un des amis les plus proches de la princesse » Charlène de Monaco. Il était même au chevet de l’ex-nageuse lorsqu’elle a donné naissance à ses jumeaux.

Ainsi, contacté par le magazine Public, Maître Lacoste, l’avocat de Charlène de Monaco déclare « ne vouloir faire aucun commentaire. Tout comme la procureure générale de Monaco, qui a mené la perquisition ».

publicité

Dans sa publication, le magazine affirme que cette affaire de pédophilie tombe au pire moment pour Charlène de Monaco. « Alors qu’elle tente de se reconstruire, toujours fragile, cet horrible passé remonte à la surface. Comme si, sur le Rocher, les princesses étaient frappées par une éternelle malédiction », conclut l’hebdomadaire.

publicité

Benoit Mandin

Rédacteur Web depuis plusieurs années, aucune information ne m’échappe. Un vrai féru de la lecture et de nature très curieuse, je me ferai le plaisir de vous informer de toutes les dernières nouvelles.