Amel Bent (The Voice) : sa confession sur sa relation avec son père… presque passé inaperçu !

Ce samedi 30 avril dernier signe la fin des Cross Battles dans « The Voice ». La pression était bien présente que ce soit pour les coachs ou pour les candidats. À cause de cette situation, une remarque qu’Amel Bent avait faite sur son père est passée inaperçue.

Amel Bent (The Voice)  sa confession sur sa relation avec son père… presque passé inaperçu !
© Instagram
publicité

Samedi 30 avril 2022, en plein cross battles de The Voice, Amel Bent a fait une remarque qui n’est pas passée inaperçue sur sa relation avec son père.

publicité

Les cross battles ont pris fin ce samedi

Pour s’en sortir des Cross Battles, il faut savoir mettre ses pions pour ne pas perdre des talents de son équipe. Après la première séquence de cette étape, c’était Florent Pagny qui avait perdu moins de talents. Après lui, il y a Amel Bent puis Marc Lavoine. Vianney est celui qui avait perdu le plus de talents.

Lors de la deuxième séquence des Cross Battles, Amel Bent a fini par parler de son père. À première vue, elle était sous le coup de l’émotion après la prestation de Matteo. En effet, ce dernier a défendu sa place avec la chanson « T’en vas pas » de la chanteuse Elsa. Vianney s’était demandé si le choix de ce titre avait quelque chose à avoir avec le vécu de ce jeune homme. « Je ne sais pas (si c’est son histoire, ndlr), mais en tout cas c’est la mienne », avait déclaré Amel Bent, en faisant référence à son père.

publicité

Amel Bent offre le pardon à son père

Il semblerait qu’Amel Bent avait été élevé par seulement sa mère. Quand elle n’avait que 3 ans, son père les a abandonnés. « Ce qui pouvait me faire de la peine, à cette époque-là, c’est que je ne savais rien de mon père. Il n’y avait rien à savoir. Je savais ce qu’il faisait, où il se trouvait, on était presque voisins. Mais mon père, c’est particulier », avait déclaré la chanteuse face à Manu Katché il y a des années de cela. Cependant, Amel Bent ne déteste pas pour autant son père. Elle est loin de le haïr, mais ce sujet reste très délicat pour elle.

« C’est un individu plein de douleur, plein de remords, qui n’était pas prêt, je pense, à m’élever. J’aurais rêvé de pouvoir le détester. Le haïr parce que je l’aurais vu aimer une autre femme, ou d’autres enfants. Mais ce n’était pas le cas. Il était démuni devant moi, petite. Quand je le croisais dans la cité, il buggait un peu. Et du coup moi aussi, je me disais : “C’est chelou comme situation”. Je ne comprenais pas », confiait la maman de trois enfants. Avant de poursuivre : « Quand j’ai revu mon père pour la première fois, après des années, il ne savait pas quoi me dire et avait juste les larmes aux yeux. J’ai été mal à l’aise face à la douleur, aux regrets, aux remords quand je voyais son regard ».

publicité

En juin 2021, Amel Bent avait pardonné son père. Pour se faire, l’interprète de Ma philosophie avait partagé des mots très émouvants sur son compte Instagram. « Vous n’êtes pas parfaits. Nul n’est parfait. Si Dieu pardonne, alors qui suis-je pour juger ? Parfois, on fait de son mieux, mais on le sait, “le mieux est très souvent l’ennemi du bien”. Ce que j’ai appris de la vie, c’est que l’amour d’une fille, d’une femme ou d’une mère peut changer un homme et le rendre meilleur. Je veux être cette fille, cette femme et cette maman », pouvait-on lire.

publicité

Roland GRANSART

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.