Après une fausse couche, cette femme a été condamnée à 30 ans de prison !

Cette affaire fond le cœur de n’importe qui. Après une fausse-couche, cette femme a eu droit à une grande sentence. Mais que s’est-il passé ?

Après une fausse couche, cette femme a été condamnée à 30 ans de prison !
© Salvador Melendez / AP file
publicité

Au Salvador, une mère a été condamnée à une peine de 30 ans de prison pour homicide aggravé. En effet, elle est accusée d’homicide involontaire suite à une fausse couche.

publicité

Cette femme est incarcérée à tort

Cette affaire tourne autour de l’histoire d’Esme. Notant tout de même que pour sa protection, le nom de cette femme avait été échangé. En ce moment, sept pays n’ont pas légalisé l’avortement. Parmi ces pays il y a le Nicaragua, Honduras, La République dominicaine, Haïti, Suriname et Malte. Il y a aussi le Salvator où a eu lieu cette affaire. Dans ce pays l’IVG est interdite même si la grossesse est la malheureuse conséquence d’un viol. Toutefois, cette femme a fait le choix d’interrompre sa grossesse. Malheureusement, une personne décide de le dénoncer à la police. Elle va donc être poursuivie pour homicide volontaire. La femme est déjà mère d’une petite fille de 7 ans. Cette mère va être incarcérée durant deux ans en attendant son procès. L’avocate spécialisée en droits humains et directrice du Women’s Equality Center avait donné son avis sur cette affaire.

« La condamnation d’Esme est un pas en arrière dévastateur pour les progrès qui ont été réalisés dans la criminalisation illégale des femmes souffrant d’urgences obstétriques », avait-elle déclaré.

publicité

Un combat qui est loin d’être perdu

L’avocate spécialisée en droits humains et directrice du Women’s Equality Center est vraiment choquée par cette affaire. Cependant, elle a décidé de prendre la défense de celles qui sont injustement criminalisées. Elle veut que ces femmes soient libérées et refait leur vie. L’histoire d’Esme a été relayé partout dans le monde grâce aux médias internationaux. Mais qui va gagner ce combat au Salvador.

publicité

Les organisations qui se battent contre les droits de la femme déclarent que dix femmes sont dans le même cas que Esme. Elles ont été condamnées pour avoir menti sur l’avortement. Ça fait sept ans qu’aucune femme n’avait été condamnée par la justice. Espérons qu’Esme fera aussi partie du lot. De son côté, le président du Salvador avait promis avant le début de la pandémie de s’occuper de ce sujet. Bientôt, les femmes du Salvador vont pouvoir prendre la décision libre sur leur grossesse.

publicité

Ansta Andry

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 4ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .