Cancer du côlon : Découvrez tous les symptômes, les causes, les traitements et la prévention

Au même titre que les autres cancers, celui du côlon fait aussi un ravage. Découvrez ces précieux conseils afin d’éviter cette maladie.

Cancer du côlon  Découvrez tous les symptômes, les causes, les traitements et la prévention
© 5ciePro - 123RF
publicité

Malgré l’énorme évolution de la science, le diagnostic d’un cancer du côlon fait toujours peur. Pour le découvrir rapidement, on vous dévoile ces conseils : symptômes, causes, traitements et préventions.

publicité

Les différents symptômes du cancer du côlon

Le côlon est la partie de l’intestin qui joue le rôle de stockage des déchets. Tout au bout de ce dernier se trouve ainsi le rectum. Cependant, quand on a des problèmes pour aller aux toilettes, cela ne veut absolument pas dire qu’on a un cancer du côlon. En tout cas, l’épaisseur, la couleur et la présence de l’hémoglobine dans ces dernières devront nous alerter. Ajoutées à cela, la perte d’appétit et la perte de poids fulgurante ne devraient pas non plus être négligées. À cela s’ajoute une fatigue permanente.

Comme toutes les maladies, les experts repèrent également l’évolution du cancer du côlon en se référant à une échelle. Bien évidemment, à une échelle zéro, la maladie est plus simple à traiter, car il est encore localisé au niveau du rectum. Une fois que la couche de tissus s’infecte, on passe à la première phase. Si le gros intestin est touché, on passe à la seconde phase. À la troisième phase, les trois ganglions lymphatiques surviennent. Malheureusement, à la quatrième et dernière phase, les métastases attaquent d’autres organes proches ou pas.

publicité

Le QUID des examens

Les examens pour la détection du cancer du côlon se font sous anesthésie générale. Tout se prépare la veille. En effet, les médecins vont vider le gros intestin afin de mieux voir l’évolution de la maladie. Plus le médecin repérera des polypes, plus il aura des indices précieux sur la suite des opérations.

Qu’en est-il des adénomes ? Généralement, ils prennent l’apparence de la muqueuse du gros intestin. Malheureusement, quand on les analyse de plus près, c’est là qu’ils montrent leur vrai visage. C’est là que le drame commence, car ils seraient les responsables du cancer du côlon.

Attention ! Si un membre de votre famille a été touché par un cancer du côlon, les membres de sa famille tels que ses enfants, ses neveux ou nièces, devront impérativement vérifier cette partie du corps régulièrement. Fort heureusement, chaque printemps, une campagne de prévention à cette maladie s’organise. Baptisée « Mars bleu », cette opération de communication a pour objectif d’alerter du danger du cancer de côlon. Sachez que s’il est diagnostiqué à temps, vous pouvez vous en sortir.

Comme vous le savez surement, à cause de l’importance de l’intestin dans notre organisme, il est primordial de bien surveiller notre alimentation. Ainsi, il est conseillé de diminuer la consommation des fibres et graisses saturées. Concernant la viande rouge, misez sur une belle pièce provenant de votre boucher et non du supermarché. Enfin, pensez à limiter la consommation d’alc**l.

Les opérations du cancer du côlon

L’opération du cancer du côlon est appelée la polypectomie. Celle-ci a lieu après l’examen décrit dans le paragraphe précédent. Elle vise ainsi à se débarrasser de toutes les anomalies détectées dans le gros intestin. Cependant, l’opération se fait une fois par an et réduit la probabilité de l’apparition de la maladie.

Toutefois, si votre médecin vous recommande de voir un chirurgien, c’est un mauvais signe. Cet expert enlèvera les tumeurs ou la partie de votre intestin abîmée par le cancer du côlon et opérera les autres organes à proximité avant de le refermer. En effet, l’objectif de cette intervention est de bien nettoyer votre anatomie. Pour sa part, l’endoscopie est composée de lumière, de caméras et des éléments indispensables pour repérer les tissus malades et bien évidemment pour son ablation.

publicité

Quant aux méthodes chirurgicales proprement dites, il y a deux types : la paroscopique cible l’abdomen. C’est dans ce dernier que se trouvent généralement les polypes les plus gros, donc faciles à détecter. Alors que la palliative est destinée à apaiser le malade du cancer du côlon et elle n’intervient que si toute manipulation est impossible.

publicité

Ansta Andry

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 4ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .