Vous êtes ici : Accueil > People > Charlène de Monaco, après huit mois d’exil… elle a remplacé le Prince Albert II

Charlène de Monaco, après huit mois d’exil… elle a remplacé le Prince Albert II

Lors de son sejour en Afrique du Sud, Charlène de Monaco était atteint d’une infection de la sphère ORL. D’ailleurs, elle a dû subir deux opérations et même une troisième très récemment. La première dame du Rocher a parlé de sa maladie pour la première fois.

Charlène se remet de sa maladie

Charlène de Monaco avait dernièrement fait un podcast enregistré dans la maison sud-africaine. Bien évidemment, elle avait évoqué sa maladie. « Je suis venu en Afrique du Sud pour superviser certains projets de ma fondation. J’étais malade à l’époque, sans le savoir, et j’ai eu une infection qui a dû être traitée promptement. Malheureusement, cela m’a cloué au sol pendant des mois ici en Afrique du Sud. J’ai eu ma seule procédure qui a été très réussie. Je vais bien, je me sens beaucoup plus fort depuis », avait-elle déclaré.

Effectivement, la princesse n’a pas manqué de rassurer ses fans sur son état de santé. De plus, elle affirme être sur le chemin de la guérison. La mère de Jacques et Gabriella est venue en Afrique pour des projets concernant sa fondation. Durant ce long séjour dans son pays natal, Charlène de Monaco a eu la chance d’avoir quelqu’un sur qui compter. À première vue, il ne s’agit pas de son cher époux.

Charlène de Monaco amoureuse d’un autre homme ?

Le magazine people France Dimanche avait dédié un dossier sur Charlène de Monaco. Ainsi l’hebdomadaire avait mis en avant une nouvelle assez ahurissante sur la première dame du Rocher. Vraisemblablement, la mère de Jacques et Gabriella est amoureuse du roi des Zoulous. Ce dernier se prénommait Misuzulu KaZwelithini et aurait été la personne sur qui elle a pu compter. D’ailleurs, elle lui a adressé un message émouvant sur les réseaux sociaux.

« Merci pour votre bonté et votre soutien », avait écrit la princesse. Bien évidemment, Charlène de Monaco l’a aussi remercié via la langue, en zoulous. « Bayede Nkosi », ce qui signifie « Dieu soit loué ». La femme du Prince Albert II était même présente aux funérailles du roi Goodwill Zwelithini à cause de leur complicité. « Représentant 20 % de la population nationale, le peuple zoulou forme en effet le plus grand groupe ethnique d’Afrique du Sud. La moitié des Sud-Africains comprend ou parle la langue du roi Misuzulu », pouvait-on lire dans le magazine. Pour le moment le fils du défunt attend son couronnement. Effectivement, il semblerait que ce futur roi est aussi proche et fusionnel avec Charlène de Monaco. Ainsi, bon nombre de personnes se demandent s’ils n’entretiennent pas une relation amoureuse. La princesse veut-elle remplacer Albert, après l’apparition de son troisième enfant illégitime ?

À propos de l'auteur, Ansta Andry

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 4ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .

D’autres publications dans 

Fini le vinaigreAcide citrique éliminer calcaire bouilloire blanc, ce produit est encore plus efficace pour venir à bout du calcaire de cet objet

Fini le vinaigre blanc, ce produit est encore plus efficace pour venir à bout du calcaire de cet objet

Retraite Agirc-Arrco modifiée, nouveau RSA, prix du gaz... Ce qui change en mars 2024 pour votre budget

Retraite Agirc-Arrco modifiée, nouveau RSA, prix du gaz… Ce qui change en mars 2024 pour votre budget

Retraite : téléchargez ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Retraite : téléchargez ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Facebook Messenger : découvrez comment voir les messages cachés

Facebook Messenger : découvrez comment voir les messages cachés

Découvrez comment obtenir une pension de réversion de l’Agirc-Arrco

Découvrez comment obtenir une pension de réversion de l’Agirc-Arrco

"On m'a condamnée à mort" : une mère de famille qui doit remboursement de 22 000 € à la Caf dénonce un acharnement

« On m’a condamnée à mort » : une mère de famille qui doit remboursement de 22 000 € à la Caf dénonce un acharnement