Charlène de Monaco déstabilisée par le fils de Bea Fiedler, il serait le fils du prince Albert II

La princesse Charlène de Monaco fait face à de nouveaux soucis en plus de sa santé fragile.

Charlène de Monaco déstabilisée par le fils de Bea Fiedler, il serait le fils du prince Albert II
© Getty Images - Starface
publicité

La nouvelle vient de tomber, il semblerait que Charlène de Monaco serait déstabilisée par le fils de Bea Fiedler. Effectivement, ce dernier serait le fils du prince Albert II…

publicité

Albert de Monaco : un autre fils supposé

Charlène de Monaco est en pleine convalescence en Afrique de Sud. En effet, elle est coincée dans son pays natal depuis des mois. Mais elle serait en train de retrouver la santé. D’ailleurs, son retour à Monaco est annoncé pour la fin du mois d’octobre.

Mais en plus de ces soucis, la princesse serait troublée. En effet, un jeune allemand révèle être un fils caché du Prince Albert II de Monaco. Il continuerait sa quête. C’est le magazine allemand In Touch qui a déterré l’affaire. Il y a quelque temps, l’intéressé a accordé une interview au magazine italien Oggi. Du reste, il a également fait des annonces surprenantes dans la presse d’outre-Manche.

publicité

Le fils supposé du prince souverain de Monaco est Daniel Fielder. Il serait issu des aventures du prince et de Bea Fielder. Cette dernière est une playmate allemande. En effet, elle a présumé avoir eu un enfant résultant de sa courte relation avec le papa de Jacques et Gabriella. Le bébé est né en 1993.

Charlène de Monaco : Daniel Fiedler, un lien de paternité exclu

Mais le test ADN effectué a balayé tout doute d’affiliation entre les deux hommes. Toutefois, Daniel Fiedler n’abandonne pas sa poursuite. Il affirme toujours être totalement le fils d’Albert II. Il estime donc être un héritier du clan Grimaldi.

publicité

Le jeune homme souligne en fait que le test de paternité réalisé la première fois n’est pas valide. En cause, le laboratoire qui l’a effectué n’est ni reconnu ni certifié. Dans ses interviews, il expliquait : « Il existe une prise de sang du prince, réalisé dans un hôtel parisien en 1992, mais elle n’est ni officielle ni sûre ». En plus, Daniel Fiedler évoque également ses motivations dans ces entretiens à la presse. Il juge légitime sa quête en demandant : « Malheureusement, je n’ai pas l’argent pour une bataille juridique. Et c’est vraiment dommage. Je me demande : qui ne voudrait pas savoir qui est son vrai père ? ». Mais le couple princier de Monaco est irrité par ces prises de paroles en particulier la princesse.

publicité

Benoit Mandin

Rédacteur Web depuis plusieurs années, aucune information ne m’échappe. Un vrai féru de la lecture et de nature très curieuse, je me ferai le plaisir de vous informer de toutes les dernières nouvelles.