Charlène de Monaco face à un défi de taille, impossible de virer sa rivale du Palais!

Depuis plusieurs mois, Charlène de Monaco est confronté à un problème de santé. Il y a quelques jours, elle a subi une quatrième opération, sous anesthésie générale, dans la sphère ORL. Pour le moment, la princesse est encore en convalescence en Afrique du Sud et son retour n’est pas encore fixé.

Charlène de Monaco face à un défi de taille, impossible de virer sa rivale du Palais!
© Getty Images
publicité

Selon le magazine allemand 7 Tage, outre les soucis de santé, Charlène de Monaco fait également face à un grand défi. Celui de récupérer sa place au Palais qui serait déjà occupé par d’autres personnes.

publicité

Charlène de Monaco face à des rivales de taille

Ces dernières ne sont autres que Sharon Stone et Nicole Coste, l’ex du Prince Albert II et mère de son fils ainé, Alexandre. Rappelons que l’ancienne hôtesse de l’air n’a pas hésité à attaquer la princesse via un entretien explosif auprès de Paris Match alors qu’elle était au plus mal.

Mais à cette liste de rivale de l’ex-nageuse s’ajoute sa belle-sœur, Caroline de Monaco. Il faut dire que l’écarter du palais serait difficile pour Charlène de Monaco. En cause, si l’on se réfère au protocole royal, son statut de princesse royale d’Hanovre la place supérieur à celui de la maman de Jacques et Gabriella.

publicité

De plus, en l’absence de l’épouse du Prince Albert II, c’est elle qui s’est occupée de ces derniers. La publication affirme : « Même ses jumeaux ont maintenant trouvé une personne qui puisse s’occuper d’eux au quotidien en la princesse Caroline ».

La mise en garde de Stéphane Bern

Le magazine allemand souligne également que si Charlène de Monaco s’est dévoilée sur les réseaux sociaux avec un diadème offert par le Prince Albert II à leur mariage, son seul but était de rappeler sa position au Palais. La publication indique : « Mais il est peut-être trop tard pour cela. Car la vie au palais a évolué en six mois. Et le vide laissé par Charlène se réduit de plus en plus ».

publicité

Pour sa part, Stéphane Bern a révélé son avis bien tranché sur le sujet. Dans un long article publié en juillet dernier dans les colonnes de Paris Match, il avait écrit : « En provoquant la rupture, Charlène perdrait tout ce qu’elle a dit avoir de plus cher. Même sa liberté recouvrée serait une trompe-œil. Son destin singulier ne pouvant cesser d’attirer la curiosité ».

publicité

Anna Cabana

Je suis quelqu’un d’un peu spéciale. Je crois en l’amour libre, et aussi l’égalité homme-femme. Durant mon temps libre j’adore écrire, c’est pourquoi j’ai décidé de participer à ce magazine féminin en tant que rédactrice.