Charlène et Albert de Monaco : cette demande de test de paternité qui importune leur couple

Dernièrement, le Prince Albert de Monaco avait dû faire face à de nombreuses situations difficiles. Outre la dégradation de la santé de sa femme, il va être trainé en justice pour une affaire de paternité.

Charlène et Albert de Monaco  cette demande de test de paternité qui importune leur couple
© 2021 Afriquinfos

Il y a des années de cela, une Brésilienne avait déclaré que le prince Albert de Monaco est le père de sa fille. Cette dernière est née en 2005. D’ailleurs, la jeune femme a déjà amené l’affaire devant le tribunal pour faire une demande d’un test de paternité.

Un magazine britannique partage une histoire hallucinante sur Albert de Monaco

Le magazine britannique Town & Country avait mis en avant une affaire qui est loin de plaire au couple princier monégasque. Dernièrement, une Brésilienne aurait fait une demande à l’encontre du Prince Albert de Monaco. D’ailleurs, la jeune femme souhaite que le prince reconnaisse un enfant qui est apparemment le fruit de leur relation. Vraisemblablement, la jeune fille est née en 2005.

Effectivement, cette affaire en justice est au centre des ébats médiatiques en France. Toutefois, Thierry Lacoste, avocat d’Albert II, a mis fin au débat avec une annonce auprès de l’hebdomadaire Le Point, en 2020. « Cette affaire est une tartuferie et une véritable fumisterie. Elle ne repose sur rien, sauf sur des divagations. Dans les détails donnés par la mère de cette fille, notamment sur un soi-disant voyage partagé. Ni les dates ni les faits ne correspondent. Il n’existe aucune photo intime, aucun fait tangible autour d’une éventuelle relation », avait-il déclaré.

La justice va devoir les départager

Suite à cette affaire, une audience aurait dû avoir lieu en février 2021, mais elle a été repoussée. Selon Erich Grimaldi, l’avocat de la plaignante, cette action en justice a été compliquée à cause de l’immunité diplomatique du Prince Albert de Monaco. Bien évidemment, Charlène de Monaco est au courant de tout ce qui se passe. Effectivement, de son côté, Thierry Lacoste maintient sa position. Pour lui, cette affaire est « totalement infondée ».

Vraisemblablement, « Mariza S. » aurait fait la connaissance du Prince Albert II dans une boite de nuit de Rio, en 2004. Apparemment, elle n’était pas au courant de sa vraie identité. Par la suite, tous deux ont entamé un voyage d’une durée de deux semaines. Ils ont passé par Milan et même Moscou où ils se seraient entretenus avec Vladimir Poutine. De son côté, le mari de Charlène de Monaco a démenti ces propos.

C’est après ce soi-disant voyage en amoureux que « Mariza S. a mis au monde sa fille “Celia” ». La jeune femme ne s’était rendu compte de son identité qu’en voyant sa photo dans un magazine. Par conséquent, elle a réclamé une pension alimentaire. Vue qu’il ne répondait pas, « Celia », âgée aujourd’hui de 15 ans, a écrit une lettre rendue publique, en septembre 2020. Erich Grimaldi, l’avocat de « Mariza S. » avait dévoilé que la famille souhaite que le Prince Albert de Monaco se soumette à un test de paternité. Pourtant, il parait que pour séduire, le frère de Caroline de Monaco se sert de son statut de prince. De plus en 2005, il était loin d’être encore si séduisant, ainsi il a dû compter sur autre chose pour jouer le séducteur. Cette histoire est loin de tenir la route.

Annabelle Martella

Discipline et dynamise sont ces mots d’ordre et elle veille et ne pas y déroger dans tous ces articles publiés. Son ambition dans son métier semble lui prédire un avenir radieux et elle compte s’investir quotidiennement pour y parvenir.