Impôts : tout ce qu’il faut savoir sur ce nouveau mode paiement qu’envisage le Trésor public

Dans un rapport du Comité consultatif du secteur financier, les services fiscaux annoncent pencher sur une nouvelle méthode de paiement d’impôts : le « request to pay ». Découvrez toutes les modifications auxquelles doivent s’attendre les contribuables.

Impôts  tout ce qu'il faut savoir sur ce nouveau mode paiement qu’envisage le Trésor public
© La Presse canadienne
publicité

Dans un rapport du Comité consultatif du secteur financier, les services fiscaux annoncent pencher sur une nouvelle méthode de paiement d’impôts : le « request to pay ». Découvrez toutes les modifications auxquelles doivent s’attendre les contribuables.

publicité

La Direction générale des finances publiques (DGFiP) vient d’obtempérer à un changement dans leur service. En effet, pour une amélioration de la qualité de ses services, une nouvelle méthode de paiement a été mise en place. Il s’agit du « request to pay ». Mais qu’est-ce que ces changements induisent-ils pour les contribuables ?

Une amélioration pour faciliter la vie de tous

Le Comité consultatif du secteur financier, ou CCSF a décidé de mettre en place un virement prêt à l’emploi. Ainsi, les contribuables n’auront plus qu’à le valider. Notant que pour valider un virement, il faut passer par plusieurs étapes. Il faut saisir le RIB du bénéficiaire, le montant du règlement et la référence de l’opération. À première vue, valider un virement sans passer par ces étapes est impossible. Mais d’après la Direction générale des finances publiques, cela est possible grâce à « request to pay » ou « virement tout prêt ».

publicité

C’est quoi le « request to pay » ?

Le virement « request to pay » est applicable sur les impôts, de l’impôt sur le revenu aux impôts locaux. Les services fiscaux se penchent sur son application impots.gouv.fr. Ils encaissent tous les moyens de paiement pour tous les types de factures publiques. De son côté, le Trésor public veut se servir de l’utilisation d’un QR code sur un Smartphone pour faire un paiement en face à face. Sans doute, ce procédé va faciliter les paiements.

Ce virement en « request to pay » est applicable avec le fisc et pour les contribuables. « Une demande de paiement numérique, envoyée par le créancier et qui se traduit en un paiement par virement, qui reste à la main du consommateur quant au choix du moment », avait déclaré le Comité consultatif du secteur financier. Vraisemblablement, avec ce dispositif, les données seront pré-remplies.

Ainsi, valider le virement sera plus facile et les mauvaises surprises ne seront plus que des mauvais rêves. Ce mode de paiement numérique va aussi diminuer le nombre de chèques à encaisser. Cela va aussi réduire le nombre d’impayés et de créances à récupérer. Toutefois, il faut encore du temps pour que ce mode de paiement soit totalement au point.

publicité

Le virement « request to pay » est encore au stade de piste de réflexion. Son application technique pose, encore des problèmes. La mise en place de ce type de virement devra se faire avec la collaboration des banques et des organismes financiers. Pour l’instant, il faut se contenter du virement instantané et l’outil PayFiP pour ses factures.

publicité

Annabelle Martella

Discipline et dynamise sont ces mots d’ordre et elle veille et ne pas y déroger dans tous ces articles publiés. Son ambition dans son métier semble lui prédire un avenir radieux et elle compte s’investir quotidiennement pour y parvenir.