Intermarché sanctionnée d’une amende de 19,2 millions d’euros ! Découvrez la raison

Depuis toujours, Intermarché avait mis en place la politique de petits prix. Cette enseigne est très à l’écoute de ses clients, mais doit aussi combattre les bons plans de Lidl.

Intermarché sanctionnée d'une amende de 19,2 millions d'euros !
© Patrick Tellier
publicité

En plus des conséquences de la pandémie de Covid-19, cette affaire va porter plus de préjudices à Intermarché. L’enseigne est sur le point de faire face à un gros problème de trésorerie.

publicité

Intermarché est au plus mal

Ces derniers temps, les négociations avec les fournisseurs sont loin de bien se passer surtout avec un grand groupe spécialisé en café. Ainsi, ce sont les habitués d’Intermarché qui ont dû vivre avec les conséquences de ces conflits. En effet, suite à l’absence de leur marque de café préféré dans les rayons, les clients sont dévastés et se dirigent vers la concurrente.

Si les responsables ne trouvent pas de solution concernant ce problème, tous leur tombe dessus au mauvais moment. Vraisemblablement, le communiqué officiel du ministère de l’Économie et des Finances vient de mettre de l’huile sur le feu. Ils ont décidé de punir « le manque de transparence » du circuit de la grande distribution.

publicité

Une amende improbable

L’année dernière, Intermarché avait déjà attiré l’attention des autorités. Pour cette fois, c’était l’attitude ambivalente face à une centrale d’achat qui a valu des problèmes à l’enseigne. Suite à cela, une sanction de 150 millions d’euros a été demandée à l’encontre d’Intermarché. Les experts juridiques font de leur mieux pour tarder la sentence du tribunal de Paris. Par conséquent, Bercy choisit de prendre les choses en main en mettant en place une « procédure d’injonction ». Ainsi, Intermarché a donc trois mois pour payer l’amende. Et si cette amende n’est pas payée dans ce délai, il y aura une « astreinte au paiement d’une amende par jour de retard »

publicité

.Cependant, un détail dérange les avocats d’Intermarché. Ces centrales d’achat visées par Bercy n’ont plus de contrat avec leur client depuis le printemps 2021. De plus, ils sont situés en dehors de l’hexagone. Ainsi, le dossier mettra plus de temps à être conclu. Il est alors possible de faire appel à ce verdict. Mais Bercy ne veut plus faire l’impasse sur ce genre de fonctionnement. Espérons juste que cette démarche n’a rien à avoir avec le renouvellement des équipes gouvernementales.

publicité

Roland GRANSART

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.