La sœur de Maëlys fait des aveux après le procès de Nordahl…

Après des années de procès et d’attente, le verdict sur l’affaire Maëlys est enfin tombé. Cependant, malgré la fin, les révélations continuent.

La sœur de Maëlys fait des aveux après le procès de Nordahl…
© OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP
publicité

Après quatre ans de procès, le verdict sur l’affaire Maëlys est enfin tombé. Toutefois, jusqu’à aujourd’hui, les révélations chocs sur l’affaire continuent.

publicité

Nordahl Lelandais, une lourde sentence

Après quatre ans d’attente, le verdict de la petite Maëlys est tombé. Le vendredi 18 février, la sentence tombe pour Nordahl Lelandais. La cour d’assises de Grenoble lui condamne une réclusion criminelle à perpétuité et 22 ans de sureté. Son avocat déclare que le coupable ne ferait pas appel à cette décision. « Il ne fera pas appel de sa condamnation à la perpétuité. Son destin est entre ses mains, il n’a plus besoin d’avocat, c’est à lui de travailler», annonce-t-il.

L’annonce de ce verdict a été un grand soulagement pour la famille de Maëlys après trois semaines de procès difficile à gérer. Pour sa part, la maman de la petite fille déclare « qu’il (Nordalh ndlr) ne fera plus jamais de mal à personne. Maëlys a mis un dangereux criminel en prison, elle a été avec nous pendant tout ce procès». Son avocat, Maître Fabien Rajon, affirme que ce procès était la bataille d’une vie. «Cette affaire, c’était le combat d’une vie. Notre justice française n’a pas été faible, elle a fait preuve de force. Ce verdict, il honore notre justice, il honore notre institution judiciaire. J’y ai mis mes tripes. J’ai défendu cette famille avec toutes mes forces. Ce verdict honore la justice française », relate-t-il.

publicité

«La peine prononcée ne sera jamais assez lourde»

En tout cas, malgré cette lourde sentence de Nordahl Lelandais, la douleur de la famille de Maëlys ne disparaîtra pas. Face aux journalistes de la Dépêche, son père a confié : «la peine prononcée ne sera jamais assez lourde. Avec tout le mal qu’il a fait, à ma famille, toutes ces familles brisées par ce drame, pour moi ce ne sera jamais assez lourd. Aucune circonstance ne pouvait lui permettre d’enlever la vie d’une innocente, ma fille».

De son côté, la grande sœur de Maëlys affirme être «très contente du verdict». Cependant, elle ajoute : «Je suis malheureusement déçue par l’autre dans le box (Nordahl Lelandais, ndlr). Il n’aura pas pu nous apporter plus de vérité. Ma sœur, c’est une guerrière. C’est mon exemple, c’est tout pour moi. Il m’a tout enlevé ». En effet, Colleen a été victime de harc*lements dans son école : «Des enfants lui tiraient les cheveux ».

La sœur de Maëlys a subi un harc*lement

Selon sa mère : «Un enfant lui aurait dit baisse ta culotte. Je suis allée à une réunion avec la maîtresse, sans sa présence, on discutait et on la voit qui arrive sur son vélo. Elle est rentrée dans la classe essoufflée et a dit à sa maîtresse qu’elle en avait marre que tout le monde l’embête». Par la même occasion, Jennifer en Araujo a évoqué les premiers jours après le drame. «Le plus dur était d’apprendre des choses dans les journaux », confie-t-elle.

publicité

Elle raconte le jour où elle a appris que sa fille avait eu la mâchoire fracturée. Et de poursuivre : «Le 14 février [2018], le jour où on a retrouvé Maëlys, les journalistes sont rentrés dans notre cour : les chiens aboyaient. Joachim a lâché les chiens. Ils sont repartis. Je ne sais pas ce qu’ils recherchaient. Nous voir en train de pleurer ? » s’interroge la mère de famille. Au moment où le verdict tombe, les deux femmes se sont serrées très fort dans les bras. Depuis le début du procès, elles se sont toujours tenu la main. Alors que 60 personnes seulement se trouvaient dans la salle de procès, l’émotion était au rendez-vous. Hormis Nordahl Lelandas qui « est resté de marbre, mais comme un peu sonné ». 

publicité

Anna Cabana

Je suis quelqu’un d’un peu spéciale. Je crois en l’amour libre, et aussi l’égalité homme-femme. Durant mon temps libre j’adore écrire, c’est pourquoi j’ai décidé de participer à ce magazine féminin en tant que rédactrice.