Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le gouverneur de la Banque de France fait part d’une baisse des taux pour 2024

Le gouverneur de la Banque de France fait part d’une baisse des taux pour 2024

En ce moment, l’inflation en France est en train de connaitre un certain recul. Une nouvelle qui cause aussi un recul des taux de la Banque de France cette année.

Pour 2024, la Banque de France vient de faire part d’une baisse de taux. Aucune date exacte n’a tout de même été annoncé pour cette baisse. En plus le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a aussi parlé du recul de l’inflation.

Les prix vont-ils baisser en France ?

Une confusion commune en économie est de confondre la baisse de l’inflation avec la baisse générale des prix (appelée «déflation»). En effet, la déflation est un danger macroéconomique que les banques centrales tentent d’éviter. Pour 2024, il n’y a, a priori, aucune raison de penser que ce risque pourrait se matérialiser. En revanche, toutes les prévisions pour la France s’orientent vers une désinflation (un ralentissement de la hausse des prix) pour cette année, ce qui est évidemment une bonne nouvelle.

Dans ses dernières prévisions publiées mi-décembre, l’Insee prévoit une inflation à 2,6 % sur un an en juin prochain, contre 3,7 % fin 2023. Outre les taux élevés décidés par la Banque centrale européenne (BCE) pour refroidir les prix, ce lent reflux s’explique notamment par une décrue des prix alimentaires. Après avoir culminé aux alentours des 16 % au printemps, l’inflation des prix alimentaires devrait drastiquement avoir baissé au dernier trimestre 2023, à 1,9 %, selon les prévisions de l’Insee…

Vers un recul de l’inflation ?

Après plus d’un an et demi d’inflation supérieure à 5 %, la pression s’est quelque peu relâchée fin 2023 sans pour autant que les prix reculent. Effectivement, un rebond surprise s’est même fait sentir en décembre. Face à cette situation, Bruno Le Maire a assuré dimanche que les prix de certains produits alimentaires allaient baisser en 2024. Des propos tenus durant un entretien sur France 3 au cours de laquelle le ministre de l’Economie et des Finances. Il a appelé à la stabilité à Bercy dans le cadre du remaniement à venir, ou encore s’est exprimé sur la guerre en Ukraine ou les conséquences régionales du conflit à Gaza.

« Je suis sûr que certains prix vont baisser », a déclaréé le ministre, précisant que ces baisses se verraient « dès que les négociations commerciales (entre distributeurs et fournisseurs) auront pris fin », le 31 janvier. « Ma responsabilité, c’est de m’assurer que les prix baissent sur un maximum de produits. Vous aurez sur le beurre, sur les huiles, sur certains produits comme la volaille, sur certaines viandes, des baisses de prix, pas simplement une stabilisation. Il ne s’agit pas de revenir aux prix d’avant crise. Ça n’arrivera pas », a-t-il poursuivi. Avec le recul de l’inflation, le gouverneur de la Banque de France a aussi dévoilé une baisse du taux en 2024. Une baisse qui n’a pas encore été déterminé.

Banque de France : vers une baisse des taux en 2024 ?

« Nous devrons éviter deux risques : baisser trop tôt et alors lâcher la cible d’inflation à 2% d’ici à 2025. Cependant, agir trop tard et freiner excessivement l’activité », affirme François Villeroy de Galhau. Toutefois, en même temps, ce gouverneur de la Banque de France n’a pas précisé de date pour cette baisse du taux en 2024.

Pour l’activité économique, le gouverneur de la Banque de France est resté évasif. « Il y a un ralentissement de l’activité, en France mais aussi en Europe », affirme ce responsable. Toutefois, François Villeroy de Galhau ne s’alarme pas et ne prévoit par de « retournement de conjoncture » ni de « récession », que ce soit en France ou en Europe. « Le ralentissement économique n’a pas dissuadé les entreprises d’embaucher », poursuit le gouverneur de la Banque de France sur l’emploi.

Le gouverneur de la Banque de France en accord avec l’augmentation des prix de l’électricité

En plus de l’annonce de la baisse de taux de la Banque de France en 2024, ce gouverneur a aussi parlé de la hausse des prix de l’énergie. À première vue, il s’est mis du côté du gouvernement. Mettre fin aux boucliers tarifaires est nécessaire pour sortir de la spirale de l’endettement. François Villeroy de Galhau est en accord avec la décision du gouvernement d’augmenter les tarifs de l’électricité au 1ᵉʳ février.

« La décision n’était pas facile, mais elle est plus que nécessaire », déclare le gouverneur de la Banque de France. Ce dernier conseille un déficit budgétaire en dessous de 3% d’ici à 2027, pour stabiliser la dette. « Ils réussissent en dépensant moins. Regardons ce qui fonctionne ailleurs pour nous en inspirer » avait-il terminé. Des annonces qui vont faire le bonheur de bon nombre de personnes.

À propos de l'auteur, Ansta Andry

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 4ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .

D’autres publications dans 

Fini le vinaigreAcide citrique éliminer calcaire bouilloire blanc, ce produit est encore plus efficace pour venir à bout du calcaire de cet objet

Fini le vinaigre blanc, ce produit est encore plus efficace pour venir à bout du calcaire de cet objet

Retraite Agirc-Arrco modifiée, nouveau RSA, prix du gaz... Ce qui change en mars 2024 pour votre budget

Retraite Agirc-Arrco modifiée, nouveau RSA, prix du gaz… Ce qui change en mars 2024 pour votre budget

Retraite : téléchargez ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Retraite : téléchargez ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Facebook Messenger : découvrez comment voir les messages cachés

Facebook Messenger : découvrez comment voir les messages cachés

Découvrez comment obtenir une pension de réversion de l’Agirc-Arrco

Découvrez comment obtenir une pension de réversion de l’Agirc-Arrco

"On m'a condamnée à mort" : une mère de famille qui doit remboursement de 22 000 € à la Caf dénonce un acharnement

« On m’a condamnée à mort » : une mère de famille qui doit remboursement de 22 000 € à la Caf dénonce un acharnement