Lidl : des employés révèlent leur cauchemar au travail, révélations CHOCS

Lidl est dans la tourmente. En effet, les salariés de la chaîne dénoncent les conditions de travail.

Lidl  des employés révèlent leur cauchemar au travail, révélations CHOCS
© LIDL
publicité

Lidl se retrouve impliquer dans plusieurs affaires juridiques après de nombreux décès et plaintes de ses employés. Une grave affaire qui risque de nuire fortement à la réputation de la chaîne allemande. Détails.

publicité

Lidl : Les employés travaillent sous pression

Si Lidl est connu pour être le roi des bonnes affaires, tout est loin d’être aussi rose pour l’enseigne. En effet, de nombreux drames sont venus entacher la réputation de la chaîne.

L’affaire remonte en 2014. À cette époque, le discounter était encore en pleine phase d’expansion. Ainsi, le groupe se modernise et souhaite offrir le meilleur de lui-même pour attirer la clientèle. Pour parfaire les choses, Lidl embauche de nouveaux managers et des employés notamment dans les entrepôts.

publicité

Le seul hic, les moyens humains sont loin de suivre le rythme. Face à tout cela, les employés de Lidl sont poussés à bout par des managers agressifs. Ils pointent du doigt le travail journalier disproportionné et le manque de moyens techniques.

Alors que le 29 mai 2015, c’est la catastrophe. Yannick Sansonetti, employé dans l’entrepôt Lidl de Rousset, dans les Bouches-du-Rhône, se suicide. Poussé à bout, il se pend dans l’entrepôt afin de contester les pressions qu’il a subies. Face à la situation, une enquête a été ouverte pour homicide volontaire.

Deux ans après ce terrible drame, les équipes de Cash Investigation mènent l’enquête. L’occasion pour eux de mettre à jour les conditions de travail terrible des employés de l’entrepôt de Lidl. Mais visiblement, la mort de Yannick ne leur a pas servi de leçon. Si l’affaire tarde à être résolue depuis tout ce temps, six ans après les faits, il semblerait que l’enquête connaisse de nouveaux rebondissements.

Mise en examen pour homicide volontaire

C’est officiel ! Lidl est désormais mis en examen pour homicide volontaire et harc*lement moral. Une situation qui sans doute va entacher la notoriété de l’enseigne allemande. Mais ce n’est pas tout. Selon les dernières informations, actuellement, le groupe fait également l’objet d’autres affaires de harc*lement et discrimination syndicale. En tout cas, il ne désire plus communiquer sur le sujet après avoir rejeté toutes les accusations de Cash Investigation en 2017.

Effectivement, après des perquisitions dans l’entrepôt Lidl de Ploumagoar, dans les Côtes-d’Armor, neuf personnes, dont le directeur régional, ont été placées en gardes à vue pour d’autres plaintes de harcèlement. En réalité, Catherine Lucas, âgée de 49 ans, salariée de Lidl à Ploumagoar, se donne la mort en accusant ses employeurs.

publicité

Dans les colonnes de La Voix du Nord, son amie Sylvie confie : « Le directeur régional venait chaque lundi. Dès qu’il arrivait, on était stressés, car il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas. Catherine s’est enfoncée petit à petit. Il avait carte blanche pour virer les anciens. On allait ouvrir une nouvelle génération d’entrepôts, donc il fallait une nouvelle génération d’employés. À 45 ans, on nous faisait comprendre qu’on n’était plus assez productifs». Bien évidemment, la direction de Lidl ne souhaite pas commenter l’affaire. D’ailleurs, dans certains cas, ils n’hésitent pas à avancer que certaines pratiques sont des procédures standard. Affaire à suivre…

publicité

Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.