Lidl espère vendre des autotests à petit prix

Avec la pandémie de Covid-19 qui ne cesse de faire ravage, Lidl espère vendre des autotests à prix bas.

Lidl espère vendre des autotests à petit prix
© iStock

Toujours déterminé à faciliter la vie de ses clients, Lidl espère proposer des autotests à prix tout doux dans ses magasins.

Lidl espère proposer des autotests

Depuis quelques semaines, les nombres de contaminations au Covid-19 ont explosé. Face à la situation, Lidl souhaite donner un coup de pouce à ses clients en espérant vendre des autotests à petit prix. Mardi 21 décembre au micro de BFM Business, Michel Biero, directeur exécutif achats et marketing du leader du hard discount, a expliqué n’avoir encore rien commandé à cause de l’absence d’autorisation.

Face à la situation sanitaire, Michel Biero a avoué son souhait de devenir acteur dans le secteur face. En effet, avec l’arrivée du variant Omicron et l’approche des fêtes de fin d’année, de nombreuses personnes ont décidé de faire les tests.

Lors de cette interview, Michel Biero a assuré qu’en vendant des autotests, Lidl espère « répondre aux consommateurs » à cause des « milliers de tests réalisés chaque jour ». D’ailleurs, selon lui « ça va augmenter ». Cependant, il tenait à souligner que le but de l’enseigne allemande n’est pas de « faire de l’argent », mais les proposer « à prix coutant ». Le seul hic, aucune autorisation pour la vente des autotests n’a été délivrée aux supermarchés ou hypermarchés. Le directeur exécutif achats et marketing du leader de la firme a déclaré : « Pour l’instant, on n’a pas le droit de le faire. Donc je n’en ai pas commandé, sachant que je ne vais peut-être pas pouvoir les vendre ». Selon Le Parisien, Leclerc possède un stock « quelques milliers d’autotests ». Alors qu’en mars 2021, Carrefour avait déjà commandé un million d’exemplaires.

Le gouvernement s’y oppose

Michel Biero estime que pouvoir proposer des autotests chez Lidl « serait bien pour les Français au même titre que les masques ». Selon lui, c’est une solution de facilité qui n’est pas difficile à exécuter. Pour cela, il n’a pas hésité à lancer un appel au gouvernement : « Il y a des fabricants en France. On peut en avoir assez rapidement s’il le faut. Donc si Monsieur Véran nous autorise à les vendre, on en commandera très probablement ».

En effet, si le ministre de la Santé a déclaré vouloir faciliter l’accès aux tests durant les fêtes, la gratuite a été écartée. Ainsi, si les grandes enseignes proposent leur solution, le gouvernement n’accepte pas toujours contrairement en Allemagne, Belgique ou encore Suisse. En France, la Direction générale de la Santé (DGS) refuse de faire face à « une évolution de la réglementation ». Toutefois, la situation pourrait faire changer les donnes.

Ansta Andry

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 4ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .