Line Papin : l’épouse de Marc Lavoine se confie sur sa fausse couche et son avortement, « Je ne veux plus porter cette douleur »

Très prochainement, Line Papin sortira son ouvrage « Une vie possible ». Un livre où elle parle de sa fausse couche de ses jumeaux. En plus, elle explique aussi sa décision de se faire avorter un an après cet incident.

Line Papin l'épouse de Marc Lavoine se confie sur sa fausse couche et son avortement, « Je ne veux plus porter cette douleur »
© BESTIMAGE
publicité

Line Papin, la femme de Marc Lavoine, se livre comme jamais dans son livre, « Une vie possible », sur la fausse couche de ses jumeaux puis sa décision d’avorter un an plus tard. Des épreuves dont elle avait révélé durant son entretien auprès de Femme Actuelle.

publicité

Line Papin : des épreuves difficiles en seulement deux ans

Le mois de mars prochain, Line Papin sortira son ouvrage « Une vie possible ». Dans ce livre, la femme de Marc Lavoine avait couché deux épreuves difficiles de sa vie ces deux dernières années. Vraisemblablement, Line Papin avait été victime de fausse couche alors qu’elle attendait des jumeaux. Un an plus tard, l’écrivaine fait le choix d’avorter. Des épreuves qu’elle avait confiées dans les colonnes de Femme Actuelle. « J’ai fait une fausse couche à deux mois de grossesse en 2020 lors du premier confinement, alors que j’attendais des jumeaux. La deuxième interruption de grossesse a été volontaire. J’ai pris la décision d’avorter un an après avoir fait une fausse couche. J’ai tout de suite ressenti la nécessité de poser sur le papier ce qui m’arrivait. Pas dans l’idée de le raconter, mais pour l’interroger. Qu’est-ce que sont ces évènements qui me traversent et pourquoi on n’en parle pas ? », avait-elle affirmé.

Ce livre fait donc partie du processus de deuil de Line Papin. Cette dernière avait mis en avant la cruauté de la société face aux femmes qui ont vécu ce genre de drames. « Je ne veux plus porter cette douleur, comme on porte un enfant. Je veux aller de l’avant. Il y a une grande solitude des femmes dans ces expériences de grossesse interrompue. Quand une femme tombe enceinte, on la couvre d’éloges, mais quand le bébé ne naît pas, il n’y a pas de poussette, pas d’enterrement, plus de parole. Rien. Juste le silence qui accroît la solitude et culpabilité dans le cas de l’avortement. Ce silence très pesant s’apparente à la honte », avait confié l’écrivaine.

publicité

publicité

Un mari très présent

Line Papin avait aussi parlé du comportement de son époux Marc Lavoine pendant ces épreuves de fausse couche et d’avortement. En effet, la jeune femme avait fait le choix de partir du domicile conjugal après son avortement. De son côté, le chanteur a apporté un grand soutien à sa chère et tendre. « Il n’a pas posé de question, il a compris (…) J’écris que mon mari ne m’en a plus parlé ensuite. Par pudeur, par peur de remuer des choses, m’a-t-il dit, pour ne pas revenir sur ce qui nous a fait mal. Il allait devenir de nouveau père, son identité allait s’épaissir, puis ça n’a plus été le cas. Lui aussi a été amputé d’un rêve. Seulement, ce rêve ne lui a pas traversé le corps. Il ne l’a pas expulsé à force de médicaments. Il lui a fallu l’expulser différemment », déclare-t-elle.

publicité

Annabelle Martella

Discipline et dynamise sont ces mots d’ordre et elle veille et ne pas y déroger dans tous ces articles publiés. Son ambition dans son métier semble lui prédire un avenir radieux et elle compte s’investir quotidiennement pour y parvenir.