Nathalie Marquay se laisse mourir, elle a beaucoup maigri

À première vue, Nathalie Marquay est vraiment au fond du trou après le décès de son cher époux. En effet, Jean-Pierre Pernaut a tiré sa révérence le 2 mars dernier des suites d’un cancer des poumons.

Nathalie Marquay se laisse mourir, elle a beaucoup maigri
© TF1
publicité

Des jours après la mort de Jean-Pierre Pernaut, sa veuve a fait son retour sur les planches. Toutefois, Nathalie Marquay a vraiment l’air d’une personne qui se laisse mourir.

publicité

Un retour sur les planches

La mort de Jean-Pierre Pernaut a vraiment été difficile pour bon nombre de personnes. Mais ça l’est encore plus pour sa veuve Nathalie Marquay. Effectivement, tous deux avaient partagé leur vie pendant pas moins d’une vingtaine d’années. Dix jours après la disparition de sa chère et tendre, l’ancienne Miss France avait fait son grand retour sur scène dans la pièce « Les tontons Farceurs ». Un retour afin d’honorer la promesse qu’elle avait fait au grand journaliste.

« Jean-Pierre lui a fait promettre que s’il lui arrivait malheur, elle continuerait à jouer. Sans oublier de s’accrocher à sa carrière de comédienne », avait déclaré une source auprès du magazine Voici. L’hebdomadaire avait affirmé que l’ancienne reine de beauté est vraiment au fond du trou actuellement. Des propos que le magazine France Dimanche avait relayés.

publicité

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé… Comment vivre sans lui », avait avoué le magazine. Par la suite, l’hebdomadaire annonce que la mère de deux enfants se laissait mourir.

Nathalie Marquay est au plus mal

Depuis la disparition de Jean-Pierre Pernaut, Nathalie Marquay aurait perdu dix kilos. Vraisemblablement, le célèbre journaliste n’a pas laissé un vide, mais un gouffre pour l’ancienne Miss France. « Même si inconsciemment, en se laissant ainsi dépérir, elle espère rejoindre très bientôt cet homme qu’elle aime tant. Nathalie se doit aussi de tenir le coup pour ses enfants. En plus, elle avait aussi promis à Jean-Pierre de se montrer à la hauteur », pouvait-on lire dans le magazine France Dimanche.

publicité

Même si le deuil la met vraiment à terre, il faut qu’elle écoute cette petite voix qui lui dit de ne jamais lâcher.

publicité

Anna Cabana

Je suis quelqu’un d’un peu spéciale. Je crois en l’amour libre, et aussi l’égalité homme-femme. Durant mon temps libre j’adore écrire, c’est pourquoi j’ai décidé de participer à ce magazine féminin en tant que rédactrice.