Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Pension d’invalidité : des milliers de salariés handicapés risquent de la perdre parce qu’ils travaillent trop

Pension d’invalidité : des milliers de salariés handicapés risquent de la perdre parce qu’ils travaillent trop

Perdre les pensions d’invalidité sera un véritable cauchemar pour les salariés handicapés. En effet, c’est un complément de revenu non négligeable. Ne pas en bénéficier risque de tout chambouler. 

Perdre les pensions d’invalidité : est-ce possible ?

Depuis février dernier, les personnes handicapées ou malades peuvent cumuler les revenus de leur travail et leur pension d’invalidité. Un décret a pour objectif de permettre à ces personnes de retrouver de l’activité. Ainsi, ils peuvent travailler à temps partiel. Mais sachez qu’il ne faut ni trop travailler ni trop gagner. Sinon, on risque de perdre la pension d’invalidité. En effet, le cumul de la pension et des revenus d’activité ne doit pas dépasser le plafond de la sécurité sociale. Ce plafond correspond quasiment à 44 000 euros bruts par an. Cela signifie 2 750 euros nets par mois

Et ce n’est pas tout. Pour de nombreux cadres, toucher une pension d’invalidité permet de percevoir ce que l’on appelle la prévoyance. Il s’agit d’un système d’assurance que l’employeur a mis en place. Son montant dépasse souvent celui de la pension. Mais si on risque de perdre la pension d’invalidité, on perdra aussi la prévoyance. Par conséquent, les concernés ont créé un groupe Facebook. Il y a maintenant 400 membres. De plus, la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (FNATH) s’est saisie du dossier. Il y a eu un recours devant le Conseil d’Etat. La FNATH dénonce des « situations dramatiques » des gens qui perdent une grande partie de leurs revenus d’un jour à l’autre. 

Une victime témoigne

Perdre sa pension d’invalidité est très grave. Florence est l’une des victimes de ce phénomène. D’après elle, la suspension de sa pension s’est faite « sans aucun préavis ni courrier de la CRAMIF ». Le calculateur serait suspendu. Et au 30 janvier 2023, rien n’était encore à jour. Cette situation est « anxiogène et totalement discriminatoire ». De plus, une grande entreprise française fait aussi face à ce problème. Un de ses salariés est âgé d’une cinquantaine d’années. Pour compenser les pertes éventuelles l’entreprise propose une « caisse d’aide ponctuelle ». Les témoignages coulent de partout. La Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés dénonce des « situations dramatiques ». 

 

 

À propos de l'auteur, Roland GRANSART

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.

D’autres publications dans 

Mauvaise surprise pour votre retraite, compte bancaire transféré... Voici les 3 infos argent du jour

Mauvaise surprise pour votre retraite, compte bancaire transféré… Voici les 3 infos argent du jour

piece-de-2-euros

Cette pièce de 2 euros vaut 15.000 euros, c’est la pièce qu’il ne faut pas perdre !

CAF une aide de 598

CAF : une aide de 598 euros versés le 30 mars 2023, voici les Français concernés

Agirc-Arrco : bonne nouvelle pour les retraités, ce service va aider plus d’un

Agirc-Arrco : bonne nouvelle pour les retraités, ce service va aider plus d’un

Retraite : Une bonne nouvelle qui arrive à point pour les 400 000 assurés de l’Agirc-Arrco

Retraite : Une bonne nouvelle qui arrive à point pour les 400 000 assurés de l’Agirc-Arrco

Placements : découvrez comment bien épargner avec un salaire de 5 000 euros

Placements : découvrez comment bien épargner avec un salaire de 5 000 euros