Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Prime Macron : trouvez tout ce qui va changer avec la nouvelle version !

Prime Macron : trouvez tout ce qui va changer avec la nouvelle version !

La prime Macron nouvelle version a été renommé « partage de valeur ». Ce dernier avait autrefois été appelé « la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat ». Même si le nom a été modifié, le but reste le même : amener les employeurs à verser un revenu supplémentaire aux travailleurs.

La nouvelle version de prime de Macron

Au-delà de la modification de l’appellation, on peut aussi retrouver quelques changements. Parmi ces derniers, le plus intéressant concerne la somme maximale que peut verser l’employeur sans pour autant payer les cotisations salariales. En effet, l’employeur pourra effectuer un versement maximal de 6 000 euros à son employé sans devoir participer aux cotisations salariales. Il existe tout de même une condition, c’est-à-dire l’entreprise doit signer un « Accord d’intéressement ». Dans le cas contraire, le versement maximum sera à 3 000 euros.

La prime de 2022 atteint les 8 000 euros

D’après les calculs, la prime maximale pour cette année est estimée à environ 8 000 euros. En effet, si vous avez déjà reçu de votre employeur une prime de 2 000 euros, la prime  Macron nouvelle version pourrait s’ajouter. Comme décrit auparavant, la prime pourrait atteindre 6 000 euros, ce qui vous donne le montant total de 8 000 euros. Les premiers versements débuteront en mois d’août pour finir jusqu’au 31 décembre. Nous vous conseillons donc de profiter pleinement de la prime pour cette année.

Toutefois, d’autres employés ne toucheront pas les 8 000 euros. Cela est en raison des entreprises qui ne disposent pas de ressource financière insuffisante. Leur prime sera versée pour l’année prochaine. Heureusement, si on parle de fiscalité, il pourrait y avoir une évolution, mais uniquement en 2024. Il est à noter que la somme émise par l’employeur sera touchée en totalité par l’employé.

La prime pourrait être inutile pour d’autres 

En 2024, la défiscalisation prendra fin. La prime sera donc obligée de participer aux cotisations telles que la CSG et la CRDS. La nouvelle prime de Macron aura donc le même niveau que le salaire classique en 2024. De plus, si vous avez à payer des impôts sur le revenu, le montant pourrait augmenter. L’employeur sera donc dans l’obligation de payer en surplus le forfait social de revenu complémentaire (exemple : l’intéressement).

La bonne nouvelle, le montant maximum du salaire ne subira aucune modification. Il est tout de même à noter que si votre salaire est trois fois supérieur au SMIC, c’est-à-dire que si votre salaire brut mensuel est supérieur à 4 937 euros, vous ne recevrez pas la prime.

À propos de l'auteur, Ansta Andry

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 4ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .

D’autres publications dans 

Fini le vinaigreAcide citrique éliminer calcaire bouilloire blanc, ce produit est encore plus efficace pour venir à bout du calcaire de cet objet

Fini le vinaigre blanc, ce produit est encore plus efficace pour venir à bout du calcaire de cet objet

Retraite Agirc-Arrco modifiée, nouveau RSA, prix du gaz... Ce qui change en mars 2024 pour votre budget

Retraite Agirc-Arrco modifiée, nouveau RSA, prix du gaz… Ce qui change en mars 2024 pour votre budget

Retraite : téléchargez ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Retraite : téléchargez ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Facebook Messenger : découvrez comment voir les messages cachés

Facebook Messenger : découvrez comment voir les messages cachés

Découvrez comment obtenir une pension de réversion de l’Agirc-Arrco

Découvrez comment obtenir une pension de réversion de l’Agirc-Arrco

"On m'a condamnée à mort" : une mère de famille qui doit remboursement de 22 000 € à la Caf dénonce un acharnement

« On m’a condamnée à mort » : une mère de famille qui doit remboursement de 22 000 € à la Caf dénonce un acharnement