Vous êtes ici : Accueil > Alimentation > Rappel produit : attention, cette tisane minceur vendue en pharmacie ne doit surtout pas être consommée !

Rappel produit : attention, cette tisane minceur vendue en pharmacie ne doit surtout pas être consommée !

Cette célèbre tisane minceur vendue en pharmacie fait l’objet d’un rappel produit dans toute la France en raison d’une trace de pesticides. Détails.

Tisane en rappel produit : les enseignes concernées

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de tisane. Une référence de tisane vendue en pharmacie fait actuellement l’objet d’un rappel produit massif. Et pour cause, le taux de pesticides serait supérieur au seuil autorisé par la réglementation européenne. Ce qui pourrait être dangereux pour les consommateurs. Ainsi, avant de préparer votre tisane, faits bien attention à la marque du sachet.

Ce rappel de produit concerne la tisane mélange Minciane de 100 g de la marque Prophar. Ce mélange de reines-des-prés, de feuilles de menthe, de thé vert et de pissenlit à infuser a été vendu en pharmacies. Le lot a été commercialisé depuis le 7 juillet 2022 dans 6 pharmacies, dont la liste est à retrouver ici. Cette tisane fait l’objet d’une alerte sanitaire, car elle dépassait le seuil de pesticides résiduels autorisé.

Un véritable danger pour la santé des consommateurs

En effet, ce rappel produit est dû à la présence de pissenlit dans le mélange de tisane Minciane présentant un taux de pesticides résiduels dépassant la norme. Lors de l’étape de torréfaction, les thés et les tisanes peuvent contenir quelques particules de pesticides résiduels. Cependant, ces agents phytosanitaires doivent respecter le seuil maximal fixé par les autorités sanitaires. La raison est simple, à forte dose, ils représentent un grand danger pour la santé des consommateurs. D’ailleurs, ils sont considérés comme des perturbateurs endocriniens.

Ainsi, si vous avez ce lot de tisane Minciane en rappel produit chez vous, le site gouvernemental recommande de ne pas les consommer. Sachez que vous pouvez le rapporter au point de vente pour bénéficier d’un remboursement en guise de dédommagement. Notant que cette procédure est mise en vigueur jusqu’au vendredi 5 mai 2023.

Si vous avez déjà consommé une ou plusieurs de ces infusions, alors la vigilance est mise. En cas de troubles, veuillez consulter immédiatement un médecin ou un centre antipoison.

À propos de l'auteur, Roland GRANSART

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.

D’autres publications dans 

Le gouvernement lance l’alerte sur cette nouvelle arnaque au colis partout en France

Le gouvernement lance l’alerte sur cette nouvelle arnaque au colis partout en France

Retraite : découvrez la plus GROSSE augmentation des retraites qui vous attend d’ici la fin 2024

Retraite : découvrez la plus GROSSE augmentation des retraites qui vous attend d’ici la fin 2024

Arnaque : UFC-Que choisir alerte sur cette nouvelle arnaque au paiement sans contact qui fait des ravages

Arnaque : UFC-Que choisir alerte sur cette nouvelle arnaque au paiement sans contact qui fait des ravages

Régime spécial de retraite : beaucoup de français peuvent bénéficier de ce régime spécifique, voici les conditions à respecter

Régime spécial de retraite : beaucoup de français peuvent bénéficier de ce régime spécifique, voici les conditions à respecter

Emploi : le recrutement des entreprises françaises sera en hausse cet été d’après ManpowerGroup

Emploi : le recrutement des entreprises françaises sera en hausse cet été d’après ManpowerGroup

Impôts 2024 : après les piscines, le fisc traque ces deux parties de la maison souvent non déclarées

Impôts 2024 : après les piscines, le fisc traque ces deux parties de la maison souvent non déclarées