Vous êtes ici : Accueil > Bon plan > Skiplagging : Cette astuce osée pour payer ses billets d’avion moins cher fait fureur sur les réseaux sociaux

Skiplagging : Cette astuce osée pour payer ses billets d’avion moins cher fait fureur sur les réseaux sociaux

Depuis quelque temps, le skiplagging fait fureur sur les réseaux sociaux afin de payer des billets d’avion sans se ruiner. On vous dit tout.

Alors que les vacances battent leur plein, les prix des billets d’avion ne cessent de flamber. Bonne nouvelle, une technique qui fait beaucoup parler d’elle sur les réseaux sociaux offre une solution pour voyager à moindre coût.

Tout savoir sur le skiplagging ?

Voilà maintenant plusieurs mois que l’inflation fait rage mettant à mal tous les secteurs. Et celui de l’aviation ne fait pas exception. En effet, les prix des billets d’avion ne cessent d’exploser au plus grand regret de tout le monde, notamment les amateurs des voyages. Selon la Direction générale de l’aviation civile, entre mars 2022 et mars 2023, ces prix ont augmenté en moyenne de 24 %. Face à cette hausse, une nouvelle tendance a émergé : le skiplagging, également connu sous le nom de « saut d’escale ».

Vous avez déjà entendu parler du skiplagging ? Cette technique consiste en effet à réserver un vol avec une escale plutôt qu’un vol direct à destination de la ville d’escale. Cependant, il ne faut pas prendre le dernier segment du trajet. En d’autres termes, l’escale devient la destination réelle du voyageur.

Réserver plus loin pour payer moins cher

Prenons l’exemple d’un vol direct de New York à Orlando, qui coûte environ 230 euros au début du mois de juillet sur le site de réservation Booking. Cependant, un vol de New York à Dallas, avec une escale à Orlando, coûterait environ la moitié moins cher. Si le voyageur pratique le skiplagging, il doit monter à bord de l’avion au départ de New York, avec son billet pour New York-Dallas, et descendre à Orlando pour y séjourner.

Un autre exemple, si vous voulez aller de Paris à Berlin, vous pouvez réserver un billet Paris-Berlin-Vienne, mais descendre à Berlin et ne pas embarquer pour Vienne. Ainsi, vous pouvez économiser de l’argent sur le prix du billet. En effet, les compagnies aériennes proposent parfois des tarifs plus bas pour les vols avec escales que pour les vols directs.

Ces différences de prix importantes s’expliquent par les écarts de taxes entre les différents aéroports et par la concurrence entre les compagnies aériennes. Cependant, pour les amateurs de skiplagging, il est essentiel de voyager léger. Pour cause, il est impossible de faire enregistrer ses bagages en soute, car ils ne pourront pas être récupérés lors de l’escale.

Le skiplagging, une technique non légale

Le skiplagging est très populaire depuis quelques années. D’ailleurs, plusieurs sites sont dédiés à cette pratique. C’est le cas de « Skiplagged.com », qui propose de trouver « des vols que les compagnies aériennes ne veulent pas que vous voyiez ». Ainsi, il y dévoile « les failles dans la tarification des billets pour vous faire économiser de l’argent ».

Mais attention, le skiplagging n’est pas sans risque ! En effet, les compagnies aériennes n’apprécient pas du tout cette pratique, qu’elles considèrent comme une fraude. En réalité, elle représente une perte de revenus pour les compagnies aériennes.

La raison est simple, lorsqu’un siège est réservé, il ne peut plus être occupé par un passager en transit. Et ce, même si toutes les compagnies pratiquent le « surbooking ». Autrement dit, vendre plus de billets que de places disponibles dans l’avion. Appelée phénomène du « no show » ou passager qui ne se présente pas, celle-ci est une véritable perte financière pour les compagnies. De plus, elle peut entraîner à des poursuites légales.

Est-ce une bonne ou mauvaise idée ?

La preuve en est, en 2014, la skiplagging a fait perdre 75 000 dollars de revenus à United Airlines. Soit environ 68 500 euros. La compagnie qualifie cette stratégie de « déloyale et strictement interdite ». Déterminée à mettre fin à cette stratégie, elle s’est associée au site de voyage Orbitz pour poursuivre en justice le PDG de Skiplagged, mais en vain. « Nous sommes tellement bons que United Airlines a décidé de nous poursuivre en justice pour cela » s’est vanté Skiplagged sur son site.

Alors, le skiplagging vaut-il le coup ? En tout cas, il peut sembler être une astuce astucieuse pour économiser de l’argent sur les billets d’avion. Mais il est important de prendre en compte les risques juridiques. En effet, cette astuce n’est pas légale et elle peut vous coûter cher. Avant d’adopter cette pratique, il est crucial de bien comprendre les implications et de voyager en toute connaissance de cause. Par ailleurs, sachez qu’il existe d’autres moyens de trouver des billets d’avion moins chers. À vous de choisir !

À propos de l'auteur, Ansta Andry

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 4ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .

D’autres publications dans 

Plan d’épargne retraite : même retraité, voici jusqu’à quel âge vous pouvez souscrire un PER

Plan d’épargne retraite : même retraité, voici jusqu’à quel âge vous pouvez souscrire un PER

Retraite Agirc-Arrco: cette somme conséquente que vous allez toucher en plus cette année

Retraite Agirc-Arrco: cette somme conséquente que vous allez toucher en plus cette année

Ces ventilateurs multiplie le risque de cancer, des experts lancent l’alerte

Ces ventilateurs multiplie le risque de cancer, des experts lancent l’alerte

Impôts 2024 : découvrez les 3 dates clés importants du mois de juillet pour éviter les mauvaises surprises à la rentrée

Impôts 2024 : découvrez les 3 dates clés importants du mois de juillet pour éviter les mauvaises surprises à la rentrée

Livret A : son taux de 3% va connaitre une baisse, voici pourquoi

Livret A : son taux de 3% va connaitre une baisse, voici pourquoi

60 Millions de consommateurs pointe du doigt cette marque de riz

60 Millions de consommateurs pointe du doigt cette marque de riz