Syndrome de Parsonage-Turner : tout savoir sur cet effet secondaire du vaccin Pfizer

Bien qu’il soit une maladie rare, le syndrome de Parsonage-Turner a été cité dans le dernier rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), ce 31 mars 2022. En effet, elle serait le potentiel effet secondaire des vaccins Pfizer. 

Syndrome de Parsonage-Turner  tout savoir sur cet effet secondaire du vaccin Pfizer
© EPA/Gagulski
publicité

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a récemment évoqué le syndrome de Parsonage-Turner. Une maladie qui pourrait être liée au vaccin Pfizer. On fait le point pour vous.

publicité

C’est quoi réellement le syndrome de Parsonage-Turner?

Le Parsonage-Turner est un syndrome aussi appelé « névralgie amyothrophiante ». Grâce à nos confrères de chez Midi-Libre, Cnews et Elle, on peut avoir plus d’informations sur cette maladie. Notamment, le lien entre le syndrome de Parsonage-Turner et le vaccin Pfizer.

En effet, bien que ce syndrome soit pointé du doigt par l’ANSM, les cas sont très rares. D’ailleurs, comme les détails de cette maladie sont si particuliers, il faut du temps avant d’affirmer que les vaccins peuvent la déclencher.

publicité

Dans son dernier rapport du 31 mars 2022, l’ANMS a cité le syndrome de Parsonage-Turner comme étant un potentiel effet secondaire du vaccin Pfizer. Pour cela, cette maladie est suivie de près par les autorités sanitaires.

Le Parsonage-Turner, appelé aussi névralgie amyotrophiante de l’épaule, est un syndrome neurologique rare. Celui-ci se manifeste par une inflammation des nerfs. Pour l’instant, sa cause reste inconnue. Cependant, des scientifiques soulignent les déterminations psychologiques de la maladie. Effectivement, les personnes qui souffrent de cette maladie sont la plupart du temps soumises à de stress intense avant de la présenter.

Pour cela, le syndrome de Parsonage-Turner n’a pas l’habitude de se déclencher après l’administration d’un vaccin qu’il soit Pfizer ou autres. Alors que chez 43 patients qui signalent cette maladie après leur dose de vaccin, 25 intriguent leurs médecins. Pour les 18 autres, le délai est soit trop long, soit trop court. Ainsi, le vaccin ne pouvait pas être la cause du syndrome de Parsonage-Turner. Toutefois, sur les 25 cas retenus, l’ANMS est en alerte et redouble de vigilance.

Une maladie rare et difficile à vivre

En effet, le syndrome de Parsonage-Turner provoque une dégénérescence musculaire. Pour cause, l’amplification des nerfs est conséquente qu’elle irradie dans l’épaule et peut descendre jusque dans les doigts. Ces parties touchées par la maladie sont très douloureuses. Également, la peau est sensible et irritée. D’ailleurs, le patient souffre de décharges électriques et de douleurs insupportables. Au fil du temps, les muscles perdent leur force. De quoi accentuer encore plus les douleurs.

La mauvaise nouvelle, le syndrome de Parsonage-Turner ne possède aucun traitement. D’après les spécialistes, ces douleurs disparaissent entre six mois et deux ans. Cependant, les patients peuvent connaitre des épisodes de récidive. Quand cela est possible pour les patients, ils peuvent suivre des séances de rééducation. Ces dernières permettent de mobiliser les muscles afin qu’ils ne perdent pas l’usage de leur bras.

publicité

Enfin, sachez que la majorité des cas du syndrome de Parsonage-Turner sont des hommes dans les quarantaines. En tout cas, pour savoir si le vaccin est responsable de 25 cas sur 109 511 000 injections, l’ANSM travaille encore de près sur le phénomène et n’hésitera pas à informer le public et le gouvernement.

publicité

Isabelle POTEL

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 5ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .