Livret A : le rendement pourrait-il s’écrouler ? On vous dit tout

Bien que son taux soit élevé, le livret A pourrait bien voir son rendement baisser. Découvrez les raisons.

Livret A : le rendement pourrait-il s’écrouler ? On vous dit tout
© DENIS CHARLET AFP

Bien que son taux soit élevé, le livret A pourrait bien voir son rendement baisser. Découvrez les raisons.

Suite à une revalorisation, le taux du livret A a atteint un record depuis 10 ans. Cependant, son rendement s’apprête à s’effondrer à cause de l’inflation. Pour cela, il se pourrait que les assurances vie viennent concurrencer ce compte épargne préféré des Français. Une situation que le cabinet Facts & Figures a étudiée. Voici ce qu’il en advient.

Les assureurs sont en passe de concurrencer le taux du livret A

Face à l’inflation, le taux du livret A a augmenté de 2 %. Toutefois, celle-ci met à mal son rendement. Selon INSEE, au mois de juin 2022, la hausse des prix était de 6 % environ. Un chiffre record du jamais vu de toute l’histoire.

Ainsi, un livret A disposant d’un taux de 2 % équivalent à une perte de 4 % de pouvoir d’achat pour les épargnants. Par exemple, si vous avez 10 000 euros sur votre compte épargne, vous obtenez 10 200 euros en une année. Le seul hic, avec l’inflation, ce bénéfice a moins de valeur que l’épargne initiale.

Dans un rapport du 30 août, le cabinet Facts & Figures affirme que les taux des assurances vie atteindront 1,6 et 2 % d’ici la fin de l’année. Des taux qui ne pourraient être atteints que si les assureurs font appel à leurs réserves. Notant que ces derniers ont gardé de côté des milliards d’euros pour la provision de la participation aux bénéfices. Des réserves qui permettent de parfaire les rendements de leurs contrats.

De quoi permettre aux assureurs de concurrencer le taux actuel du livret A. Aussi, cela éviterait de gros retraits des fonds en euros dans les contrats d’assurance vie. Dans son étude, le cabinet Facts & Figures a indiqué : «L’enjeu est d’éviter des sorties en hausse sur les fonds en euros au printemps 2023 suite à l’annonce des taux 2022». Avant de poursuivre que pour l’instant, «les sorties sont normales sur un fonds en euros, de l’ordre de 6 à 10 % des encours».

Ils doivent dépasser les 2 %

Sur le marché des assurances vie, les taux moyens sont de 1,28 %. Toutefois, en 2021, certains contrats peuvent dépasser les 2 %. À l’exemple du RES Multisport de la MACSF qui est à 2,10 %, et Garance Epargne avec 2,75 %. Mais la récente étude précise que « net d’inflation et de prélèvements sociaux, le rendement moyen des fonds en euros classiques des contrats d’assurance-vie individuelle s’est établi à -0,71 % en 2021 ».

Pour cette année 2022, si le taux moyen frôle les 2 %, alors les plus gros contrats d’assurance vie offriront des rendements supérieurs à ce taux. Notant tout de même qu’avec un taux de 17,2 %, les cotisations sociales s’appliquent à vie. Ainsi, il faudra dépasser les 2 % pour qu’un fonds en euros atteigne les 2 % nets d’impôts offerts par le livret A.

Dans tous les cas, l’inflation n’est pas prête de s’arrêter. Selon les hypothèses, elle doit atteindre les 7 % d’ici la fin de l’année. Face à la situation, les assureurs ont pour mission de redonner confiance aux épargnants. Ils doivent ainsi tout faire pour mettre en avant l’utilité des contrats d’assurance vie pour concurrencer le livret A. Et ce, même si ce dernier «constitue un point de repère en termes de rémunération de l’épargne».

Annabelle Martella

Discipline et dynamise sont ces mots d’ordre et elle veille et ne pas y déroger dans tous ces articles publiés. Son ambition dans son métier semble lui prédire un avenir radieux et elle compte s’investir quotidiennement pour y parvenir.