Terminée la reconnaissance faciale ! Place à la nouvelle application d’identité numérique

Le gouvernement planche sur une application afin d’interagir avec des services publics ou privés. Cette fois, elle n’exploitera plus aucune donnée biométrique pour éviter une vive polémique.

Terminée la reconnaissance faciale ! Place à la nouvelle application d’identité numérique
publicité

Face à la polémique créée par le précédent projet basé sur la reconnaissance faciale, le gouvernement travaille sur une application d’accès à ses services, basée sur la carte d’identité numérique.

publicité

Exit Alicem!

Face à l’essor de la technologie, le gouvernement travaille sur une nouvelle application qui va permettre d’avoir accès à tous les services publics. Sa spécificité repose en effet sur le fait qu’elle n’exploitera aucune donnée biométrique. En fait, ce nouveau système se basera sur la nouvelle carte d’identité numérique. Bien évidemment, cette nouvelle application ne sera pas obligatoire. Ainsi, vous pourrez toujours avoir accès aux services publics en ligne même si vous ne l’installez pas sur votre téléphone.

À titre de rappel, Alicem, l’application du gouvernement, basée sur la reconnaissance faciale, a créé de vives polémiques. Pour cause, certaines associations pointaient du doigt l’obligation d’accepter ce dispositif. Face à tout cela, le projet a été abandonné. Aujourd’hui, le gouvernement propose une nouvelle application mobile facultative. Elle permet en effet l’identification et l’authentification des personnes. Et ce, sans avoir recours à la reconnaissance faciale. Cette fois, c’est la nouvelle carte d’identité numérique qui sera exploitée.

publicité

L’application d’identité numérique prend la place de la reconnaissance faciale

Ainsi, si vous avez un smartphone muni de la technologie NFC, vous pourrez lire les informations stockées par ce nouveau dispositif. Il est aussi possible de vous connecter à différents sites de services publics. Grâce à l’application, vous pourrez réaliser une lecture sans contact. Eh oui, vous avez deviné. C’est semblable comme lorsque vous effectuez un paiement avec votre carte bancaire, mais sans avoir à composer le code.

Certes, la carte nationale d’identité numérique sauvegarde l’image de nos empreintes digitales sur une puce sécurisée. Mais la nouvelle application et le Service de Garantie de l’Identité Numérique ne pourront pas lire ces données. Bien qu’il ne s’agisse plus de biométrie, l’usage des données personnelles est encore d’actualité. En effet, elles sont nécessaires pour identifier les utilisateurs. Pour cela, plusieurs informations pourront être utilisées et enregistrées. On peut citer :

  • nom
  • prénom
  • lieu et la date de naissance
  • sexe
  • nationalité
  • photo d’identité
  • numéro de téléphone
  • adresse mail
  • adresse postale

Des informations techniques sur la nouvelle application d’identié numérique

Cette nouvelle application offre donc une durée de stockage des données s’étalant sur cinq ans. Selon le décret publié, ce délai débutera « à compter de la dernière vérification d’identité de l’usager ». En revanche, dans le cas où l’application soit désinstallée du téléphone ou l’identification électronique soit supprimée, toutes les données seront automatiquement effacées.

De ce fait, les données sauvegardées ne seront accessibles qu’une fois que l’utilisateur se connecte à l’application. Concernant les données personnelles, elles seront traitées différemment en termes de délai de stockage, mais aussi en matière d’accès et de sécurisation.

Il est à noter qu’après deux ans d’inactivité, toutes les données stockées par l’application seront automatiquement supprimées. Il en est de même, si l’utilisateur ne finalise pas l’installation de ce mode d’accès. Dans ce cas, la suppression automatique se lancera deux mois après le début de la procédure.

En abandonnant l’idée de la reconnaissance faciale du projet, le gouvernement tenait à éviter toutes nouvelles polémiques. Malgré qu’elle soit efficace pour contrôler les fraudes à l’identité, cette technologie est loin de faire l’unanimité.

publicité

Sachez que cette nouvelle application à l’identité numérique n’est pas obligatoire. Si vous ne souhaitez pas l’utiliser, vous pouvez toujours avoir accès aux services publics via le site d’authentification « FranceConnect ».

publicité

Annabelle Martella

Discipline et dynamise sont ces mots d’ordre et elle veille et ne pas y déroger dans tous ces articles publiés. Son ambition dans son métier semble lui prédire un avenir radieux et elle compte s’investir quotidiennement pour y parvenir.