Valérie Trierweiler empoche une énorme somme : ce procès qu’elle vient de gagner

Les histoires de licenciement peuvent toucher tout le monde. Cette fois c’est une personne bien connue qui a été victime de licenciement.

Valérie Trierweiler empoche une énorme somme ce procès qu’elle vient de gagner
© Getty Images

Valérie Trierweiler a été licenciée par Lagardère Media News et elle a attenté un procès contre eux. Vraisemblablement, son licenciement a quelque chose à avoir avec le fait qu’elle était la compagne de François Hollande. De son côté, son ancien patron faisait partie de l’entourage de Nicolas Sarkozy. Grâce à ce procès, il est possible que Valérie Trierweiler touche un gros chèque après ce procès.

Un procès qui s’est soldé par une coquette somme

Dans son ouvrage On se donne des nouvelles, Valérie Trierweiler avait révélé sa relation avec Carla Bruni. Vraisemblablement, la journaliste ne la voit ni comme son ennemi ni comme son ami. « On a une espèce de complicité, je dirais même de connivence, alors que nous sommes très différentes. On a des positions politiques différentes, mais on se comprend parce que l’on a traversé quelque chose de commun », avait-elle déclaré. Malgré cette relation, elle a dû batailler contre l’époux de son ami. Vraisemblablement, Nicolas Sarkozy était très proche d’Arnaud Lagardère, qui est le propriétaire du groupe Lagardère Media News. Le 25 avril dernier, le conseil des Prud’hommes a condamné ce groupe à verser une grosse indemnité à cette ancienne Première dame.

Un accord financier d’une somme de 120 000 euros comme dommages-intérêts pour licenciement abusif en août 2020. À cette somme s’ajoutent 10 000 euros pour l’absence de formation et 6 000 euros pour conditions vexatoires de la rupture. Il y aura aussi 5 000 euros comme remboursement

aux frais de procédure dus au procès. Donc l’ancienne compagne de François Hollande va toucher un chèque de 141 000 euros. Notant que Valérie Trierweiler a gagné cette petite fortune en entamant un procès au groupe Lagardère Media News.

Valérie Trierweiler obtient gain de cause après son procès contre Paris-Match

Paris Match avait licencié Valérie Trierweiler pour inadaptation et insuffisance qualitative des propositions d’articles présentées à la direction de la rédaction. Suite à ce licenciement, Valérie Trierweiler avait attenté un procès contre le groupe. En effet, ces articles jugés insuffisants ont été publiés par ses employeurs. À cause de cela, Valérie Trierweiler a obtenu gain de cause dans ce procès.

Nicolas Sarkozy voit en la personne de François Hollande un ennemi. L’ancien président a donc fait tout son possible pour que Valérie Trierweiler soit virée de son poste. Elle était journaliste depuis 1989.

« Si la mésentente entre les deux anciens présidents de la République est de notoriété publique, la demanderesse se contente d’alléguer en l’espèce que cette mésentente aurait conduit M. Sarkozy à être à l’origine de son licenciement, cinq ans après sa rupture avec M. Hollande et trois ans après que celui-ci a quitté le pouvoir », pouvait-on lire dans le rapport des Prud’hommes. « Aucune preuve n’est fournie par la demanderesse sur l’existence de telles manœuvres », pouvait-on aussi y lire. Valérie Trierweiler a eu raison de les trainer en justice.

Roland GRANSART

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.