Vous êtes ici : Accueil > Actualités > WhatsApp prêt à quitter le Royaume-Uni si les règles sur le chiffrement se durcissent

WhatsApp prêt à quitter le Royaume-Uni si les règles sur le chiffrement se durcissent

WhatsApp est prêt à quitter le Royaume-Uni. Et pour cause, un projet de loi a pour but de détecter les contenus illégaux échangés avec l’application. Ce projet de loi se nomme  « Online Safety Bill ». 

WhatsApp est prêt à quitter le Royaume-Uni à cause du projet de loi « Online Safety Bill »

Le projet de loi n’explique pas les démarches pour la détection des messages et contenus illégaux. Mais les spécialistes en cybersécurité sont unanimes. Selon eux, le chiffrement de bout en bout des échanges sera impossible. Pour rappel, le chiffrement est appliqué par défaut à toutes les conversations. Toutefois, cela ne fonctionne pas si un message est signalé comme inapproprié. Arrêter le chiffrement de bout en bout posera également un problème à d’autres. On pense notamment à Signal ou Telegram. Ces applications utilisent ce système pour garantir la confidentialité des messages. Considérant que le chiffrement est une ligne rouge à ne pas franchir, WhatsApp est prêt à quitter le Royaume-Uni.

La filiale du groupe Meta peut se le permettre grâce à son statut de leader. En effet, l’application a 2 milliards d’utilisateurs mensuels actifs. WhatsApp peut donc faire opposition à ce projet de loi. 

L’application ne fera pas des concession sur la sécurité de ses utilisateurs

Ainsi, WhatsApp est prêt à quitter le Royaume-Uni à cause de ce projet de loi. Le patron de la filiale, Will Cathcart, a d’ores et déjà promis qu’il n’opèrera à aucun changement. « La réalité est que nos utilisateurs du monde entier veulent la sécurité », a-t-il réagi. « Ils ne veulent pas que nous réduisions la sécurité du produit, et ce serait un choix étrange pour nous de la réduire d’une manière qui affecterait 98 % de nos utilisateurs ». Officiellement, une loi adoptée en 2016 permet au gouvernement britannique de demander la suppression du chiffrement. Mais WhatsApp affirme n’avoir rien reçu. Mais ce projet de loi en cours de négociation pourra faire pousser l’application à abdiquer. 

Ainsi, si le pouvoir britannique allait au bout de son idée, WhatsApp serait contraint d’accepter. De ce fait, le chiffrement de bout en bout s’arrêtera. En effet, s’y refuser l’exposerait à une amende. Cela peut aller jusqu’à 4 % de son chiffre d’affaires annuel. De son côté, WhatsApp a rappelé avoir été bloquée en Iran. Donc, l’application de messagerie soulève l’hypothèse de cesser toute activité au Royaume-Uni. La bataille est donc en cours.  

À propos de l'auteur, Ansta Andry

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 4ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .

D’autres publications dans 

Fini le vinaigreAcide citrique éliminer calcaire bouilloire blanc, ce produit est encore plus efficace pour venir à bout du calcaire de cet objet

Fini le vinaigre blanc, ce produit est encore plus efficace pour venir à bout du calcaire de cet objet

Retraite Agirc-Arrco modifiée, nouveau RSA, prix du gaz... Ce qui change en mars 2024 pour votre budget

Retraite Agirc-Arrco modifiée, nouveau RSA, prix du gaz… Ce qui change en mars 2024 pour votre budget

Retraite : téléchargez ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Retraite : téléchargez ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Facebook Messenger : découvrez comment voir les messages cachés

Facebook Messenger : découvrez comment voir les messages cachés

Découvrez comment obtenir une pension de réversion de l’Agirc-Arrco

Découvrez comment obtenir une pension de réversion de l’Agirc-Arrco

"On m'a condamnée à mort" : une mère de famille qui doit remboursement de 22 000 € à la Caf dénonce un acharnement

« On m’a condamnée à mort » : une mère de famille qui doit remboursement de 22 000 € à la Caf dénonce un acharnement